Voyage sensoriel au cœur du champagne à Pressoria

La visite débute dans le hall où une carte de l’AOC Champagne est représentée au plafond. Dessus, de petites leds de couleurs s’allument de couleurs différentes selon les cépages.

Il aura fallu pas moins de 18 mois de travaux pour transformer entièrement cet ancien centre de pressurage, propriété de la CCGVM qui y accueillait une activité de la maison Pommery jusqu’en 2002, en centre d’interprétation sensorielle des Vins de Champagne.

« Depuis 2015, date à laquelle les « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne ont été inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, la Champagne affiche son ambition de devenir une destination œnotouristique de renommée internationale », note Dominique Levêque, Président de la Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne.

Pressoria en est depuis son inauguration le 2 juillet dernier, l’une des portes d’entrée, grâce à son approche sensorielle et interactive de l’histoire de la vigne et du champagne. Point de grands exposés ici, chaque salle mise plus sur l’objet et l’échange avec le visiteur que sur de grandes descriptions. Choix a par exemple été fait de limiter le nombre de caractères des panneaux explicatifs à 700, plus une citation dans chaque espace. L’accent est plutôt mis sur les cinq sens : outre la vue, l’odorat est fortement sollicité avec des ambiances olfactives correspondant à la thématique abordée : craie pour les sous-sols crayeux, floral pour la vigne, tanique pour le pressoir, etc.

La visite est immersive, avec comme but de rendre le visiteur acteur de son parcours tout au long d’une scénographie longuement réfléchie. Des « ateliers » sont ainsi proposés comme celui où l’on peut fabriquer soi-même sa propre cuvée de champagne. Pas le temps de s’ennuyer, les espaces se succèdent et se découvrent avec curiosité. Ici une racine de vigne poursuivant au sol le visiteur au gré de son cheminement, là un orage déclenché et une forte odeur de pluie lorsqu’il s’agit d’aborder les climats. Mais le clou de la visite réside sans nul doute dans l’animation finale de 8 minutes, où le visiteur est plongé au cœur d’une coupe de champagne. Au milieu d’un écran circulaire, le bouchon saute, les bulles pétillent et c’est un véritable spectacle interactif et envoutant qui se déroule à 360 degrés. Ce dispositif a été réalisé grâce à la participation du professeur Gérard Liger-Belair, à la tête de l’équipe « Effervescence, Champagne et Applications » à l’Université de Reims, composée de chercheurs, photographes, ingénieurs et dont la vocation première est l’étude des processus liés à la dynamique des bulles et des mousses. Quant à la scénographie, Pressoria la doit à l’agence anglaise Casson Mann, déjà à l’œuvre sur le projet de Cité du Vin, à Bordeaux. Au total, le coût du centre d’interprétation aura été de 7,6 millions d’euros.

La première salle du parcours “De la terre à la bulle” est une immersion vidéo dans le sous-sol crayeux. Une odeur de craie se dégage de la salle. La vidéo raconte l’évolution géologique de la région.
La salle des climats en Champagne démontre l’impact des quatre saisons sur la vigne grâce à une maquette en coteaux et des animations sonores et visuelles.
Une immersion dans les sous-sols est proposée au visiteur où les racines de vignes le suivent lors de son déplacement.
Des tablettes interactives racontent l’histoire des différents cépages de Champagne.
Des “poires” libèrent des odeurs de bourgeons et fleurs de vigne, recréées par une designeuse olfactive.
La salle du centre de pressurage présente les techniques, aussi bien anciennes que modernes, là encore à l’aide d’objets mais aussi d’écrans tactiles.
La table des cépages a pour objectif non pas de reproduire à l’identique l’odeur des vins mais plutôt de mettre en évidence les caractéristiques subtiles à trois niveaux d’évolution : vin jeune, vin mature, vin évolué.
La visite se termine, après une immersion dans une salle où on a l’impression de se trouver au cœur d’une coupe de Champagne, grâce à un film de 8 minutes, par évidemment, non pas une, mais deux coupes de champagne, afin de pouvoir les comparer.
La dégustation s’effectue sur la terrasse des anciens pressoirs Pommery, avec une vue plongeante sur le vignoble d’Aÿ.
Lauréate du concours sur esquisse en avril 2018, l’équipe de Maîtrise d’œuvre d’Atelier Philéas Architecture, accompagnée par Casson Mann pour la scénographie, a été choisie grâce à sa conception innovante du projet.
Commentaires