Vespera : des étoiles plein les yeux

Vespera, la version mini de Stellina pesant 5 kg est très accessible.

La pépite montpelliéraine, créée en 2016, élargit sa gamme de produits, avec un hybride connecté entre le télescope et l’appareil photo, baptisé Vespera, dédié au plus grand nombre et qui bouscule les codes de l’astrophotographie.

Avoir la tête dans les étoiles et observer les phénomènes interstellaires est aujourd’hui un rêve accessible à tous (ou presque), grâce au fabricant de télescope connecté Vaonis qui décroche la lune. C’est en tout cas, le souhait de son dirigeant Cyril Dupuy, fervent amateur d’astronomie depuis plus de 15 ans, qui depuis la création de la pépite montpelliéraine en 2016, a déjà développé un premier instrument d’observation baptisé Stellina destiné aux passionnés. « Notre première révolution, Stellina, a rencontré un succès mondial dès son lancement. Au sein d’un club d’astronomie à Montpellier, j’ai pu constater que si beaucoup de personnes semblaient intéressées par l’astronomie, son observation demeurait compliquée malgré les outils de haut niveau mis à disposition. Mon objectif principal est ainsi de rendre l’observation de l’univers accessible au plus grand nombre. De fait, le nombre d’utilisations, de photos partagées et de commandes a plus que doublé depuis le début du premier confinement. » Ainsi, la start-up Vaonis a lancé en octobre dernier une version mini de son produit Stellina : un hybride connecté entre le télescope et l’appareil photo, qui bouscule les codes de l’astrophotographie traditionnelle.

Une prouesse technologique arrivée à maturité après deux ans de R&D. « Le grand challenge a été d’intégrer les technologies du grand frère dans notre nouveau produit combinant optique, électronique et mécanique de haute précision, ainsi que l’intelligence embarquée la plus pointue du marché, en vue de rassembler toutes les fonctionnalités et d’optimiser l’instrument », détaille le fondateur. D’un poids de 5 kg contre 11kg pour Stellina, doté d’une optique de 2 millions de pixel, d’une lentille de 50 mm au lieu de 80 mm, pour un coût trois fois moins élevé, l’instrument séduit déjà les néophytes. Plus de 1 800 pièces ont été vendues sur la plateforme de financement participatif Kickstarter depuis deux mois, les livraisons étant prévues pour la période des fêtes de fin d’année 2021. « Il s’agit du projet tech le plus financé en France sur la plateforme, se réjouit Cyril Dupuy. Nous avons lancé une première vague de production de 2000 produits. » Un succès également impulsé par un rapprochement avec les célèbres astronautes américains, Scott Kelly et Terry Virts.

90 % DU MARCHÉ À L’EXPORT

Après cette première phase de test, la start-up entend déployer son nouveau produit à grande échelle et notamment à l’export. « 90% de nos ventes sont réalisées à l’étranger dont 25% en Europe et 50% aux États-Unis. C’est ce qui s’est produit pour nos 1 000 Stellina vendus entre 2019 et 2020. Cela s’explique notamment par un meilleur pouvoir d’achat dans certains pays. Les ventes de notre nouveau produit suivent d’ores et déjà cette tendance », souligne le fondateur. Tandis que Stellina se positionne sur un segment haut-de-gamme, Vespera vise, quant à lui, un public plus large. Dès 2022, les télescopes nouvelle génération trouveront notamment place sur les étals des grandes enseignes francaises tels que la Fnac ou encore Nature & Découvertes, contrairement à Stellina, disponible chez des revendeurs de matériel astronomique et d’appareils photo. « Beaucoup d’enseignes nous ont contactés et sont prêtes à commander des centaines de pièces », assure le dirigeant.

Un investissement de 600 K€, financé à hauteur de 200 K€ par une subvention de la Région, a été nécessaire pour assurer la phase d’industrialisation centralisée en Occitanie. « Nous tenons à conserver une grande partie de l’activité en région, notamment l’usinage de précision et l’assemblage qui est réalisé par l’Association des paralysés de France (APF) à Montpellier, dont 10 personnes à temps plein. »

DISTINGUÉ AU CES 2021

Ce produit « made in France » a été primé lors du CES 2021 de Las Vegas. Ce n’est pas une première pour l’entreprise, qui collectionne les prix. Apportant une véritable rupture dans le milieu de l’astronomie amateur, le premier produit a été récompensé par un CES Innovation Award en 2018 et un RedDot Design Award en 2019. « Cette année, nous étions la seule société française, parmi les 19 entreprises retenues, a avoir reçu le prix Best of Innovation Awards. Nous sommes très fiers de cette récompense ultime, qui, en plus de nous ouvrir des portes, a permis d’augmenter le volume de nos préventes. » Une nouvelle distinction, qui devrait permettre à la pépite de doubler son chiffre d’affaires en 2020. Il a atteint 780 K€ en 2019.

Une envolée qui s’accompagnera aussi d’une vague de recrutements portant l’équipe de 15 collaborateurs actuellement, à 35 personnes en 2022. En parralèle, l’entreprise prépare d’autres surprises.

Commentaires