Une usine pour produire 500 000 masques par jour

Les machines arrivent progressivement afin de monter les 11 lignes de fabrication.

BioSerenity, entreprise troyenne, investit 12 millions d’euros et crée 150 emplois pour monter en quelques semaines 11 lignes automatisées de production de masques chirurgicaux et FFP2. Jusqu’ici, c’était seulement en Chine qu’il était possible de trouver des lignes automatisées de fabrication en haute cadence de masques chirurgicaux, FFP2 et de surblouses. Désormais, il en existe une à Troyes, sur le parc de la technopole de l’Aube. Une usine qui a pu voir le jour en moins de quatre semaines grâce à plusieurs partenaires. À l’origine, la start-up BioSerenity, spécialiste des vêtements connectés à usage médical, et qui compte déjà une unité de fabrication à Troyes d’une cinquantaine de personnes. Une activité très innovante comme par exemple des tee-shirts et bonnets connectés possédant des capteurs pouvant permettre aux médecins de suivre et diagnostiquer à distance l’évolution de l’état de leurs