Un usage plus vert des batteries

Jérémy Dulout. Il développe des batteries lithium-ion connectées et une solution de monitoring qui permet de prolonger leur durée de vie.

Allonger la durée des batteries, voir leur assurer une seconde vie, c’est l’objectif vertueux que poursuit la start-up Batconnect qui a intégré en avril l’incubateur régional Nubbo. À sa tête, Jérémy Dulout, 29 ans, explique : « Durant mon doctorat au Laas, où je faisais des études sur les batteries au lithium, au plomb et les surpercondensateurs et où je faisais l’électronique associée pour piloter des champs photovoltaïques et des éoliennes, je me suis dit qu’on pouvait créer des systèmes d’énergie plus efficients, notamment sur le plan des batteries ». Batconnect conçoit donc des batteries lithium-ion connectées pour l’électromobilité légère, telles les voiturettes de golf et les appareils de manutention, transpalettes et chariots élévateurs. L’innovation consiste dans le fait de monitorer ces éléments pendant leur utilisation. « Nous collectons des données et les remontons aux utilisateurs qui sont ainsi informés du bon usage des éléments et des besoins de maintenance autant sur la batterie que sur le véhicule. Ensuite, au bout de quatre ou cinq ans, s’ils ne sont plus satisfaits des performances des batteries, nous leur proposons de les racheter. Or ayant monitoré ces batteries tout du long, nous savons quelles sont leurs performances. Nous pouvons alors les proposer pour d’autres applications, éoliennes ou photovoltaiques comme mode de stockage de l’électricité à bas coût. Ce qui offre aux batteries une dizaine d’années d’utilisation supplémentaires », détaille Jérémy Dulout. Soit autant de gaspillage évité.

Pour l’heure, avec son offre de « gestion de flotte connectée », Batconnect cible les loueurs de voiturettes utilisées dans les campings et dans les golfs, qui détiennent entre 4 000 et 8 000 véhicules et auxquels Jérémy Dulout apporte « du sans entretien et des services qui facilitent l’après-vente ».

Un premier test démarre ce mois-ci dans un golf toulousain. À l’issue, le startupper espère engranger ses premières commandes, soit 300 batteries d’ici la fin de l’année, l’objectif étant d’atteindre 1 500 à 2 000 batteries équipées dès l’an prochain. Au-delà de l’univers du golf, un autre marché, très supérieur en volume, intéresse Batconnect, celui de la manutention. « C’est ce travail que m’aide à faire Nubbo, détaille Jérémy Dulout : trouver les bons interlocuteurs pour comprendre ce marché et lever les verrous ».

La start-up, qui a bénéficié du soutien de Bpifrance via la bourse French Tech DeepTech, sous-traite pour l’instant la production des cartes électroniques et l’assemblage des batteries à des entreprises d’Occitanie et d’Auvergne Rhône-Alpes… en attendant de réinternaliser ces process, si les résultats sont au rendez-vous. Le dirigeant table l’an prochain sur un CA de 2,5 M€ pour un effectif qui pourrait atteindre 14 personnes d’ici la fin 2021.

Commentaires