Lauren DaemersUn parcours gagnant

Lauren Daemers sur le « green » du golf de reims. (Photo : Nastasia Desanti)

Celle qui est devenue la plus jeune directrice des golfs de France officie à celui de Reims, situé à Gueux. De sa passion pour le golf est née celle de son métier.

Lauren Daemers, directrice du golf de Reims depuis juillet 2016, a le golf dans le sang depuis son plus jeune âge. C’est à 11 ans qu’elle tient un club pour la première fois. Elle ne le lâchera plus. Passionnée par ce sport qui « apprend la concentration, la patience et l’humilité », elle y consacrera ses loisirs et ses études. « Ce sont mes parents,
qui désireux de pratiquer une activité sportive en famille, nous ont inscrit au golf. Et cela a été une telle révélation, qu’à 14 ans j’ai arrêté mes autres activités,
le chant et l’équitation, pour me consacrer uniquement à ce sport », se remémore la jeune femme.

Car à ceux qui pensent que la petite balle ronde est juste une activité physique, Lauren leur répond que c’est beaucoup plus que cela. « Déjà, on peut y jouer en famille, toutes les générations peuvent le pratiquer. Le golf est non seulement un sport mais aussi un loisir. »

Durant trois ans, elle se donne corps et âme à la discipline, mais jugeant ne pas avoir un niveau assez élevé pour se consacrer uniquement à la compétition et n’y trouvant finalement pas un intérêt professionnel assez fort, elle s’oriente à 17 ans, vers les métiers qui gravitent autour.

DES PETITS MÉTIERS QUI DEVIENNENT GRANDS

C’est au golf de Valescure à Saint-Raphaël, l’un des plus vieux de France qu’elle fera ses premières armes. « J’y ai travaillé tout l’été comme stagiaire en y effectuant tous les petits métiers. Je peux dire que j’ai vraiment commencé en bas de l’échelle. » Loin de la décourager, ces petits boulots aiguisent sa curiosité et son intérêt. Lauren Daemers décide alors de s’intéresser aux postes d’accueil et de gestion. Et comme la jeune femme est rigoureuse et ambitieuse, elle passe un diplôme en gestion des petites et moyennes entreprises.

Entre temps, elle poursuit son expérience au golf de Mégève et comme vendeuse dans un magasin d’équipement spécialisé. À 20 ans, continuant son tour de France des golfs, elle pose ses valises à Nîmes, puis deux années plus tard, quelques kilomètres plus loin, au beau milieu de la garrigue et des chants de cigales, dans le petit village des Baux-de-Provence. À cette époque, le domaine de Manville dans lequel elle officie est en pleine restructuration. Le golf est repensé et le domaine, avec vue directe sur les Alpilles et le château, est transformé en hôtel d’exception avec des prestations de luxe.

DIRECTRICE DE GOLF À23ANS

Assistante de direction, on lui propose un poste à dimension 40% golfique et 60% responsable qualité du domaine. « La proposition était vraiment très intéressante, mais dans le même temps, le golf de Nîmes Campagne, où j’avais eu une très bonne expérience me rappelle pour un poste de directrice. J’ai donc accepté cette offre. »

À 23 ans, elle devient la plus jeune directrice d’un golf en France. Lauren Daemers y reste deux années, « très riche d’enseignements. » Mais ayant la nostalgie familiale, elle décide de se rapprocher des siens, à proximité d’Auxerre en prenant la direction du golf du domaine de Roncemay.

Le 15 juillet 2016 précisément, coup de théâtre. On l’appelle pour prendre la tête du golf de Reims. « Dans un secteur souvent composé d’hommes d’âge mûr, c’est une véritable fierté d’être arrivée à ce stade, à cet âge là. C’est un rêve de petite fille que je n’attendais, très honnêtement, pas devenir réalité aussi tôt », livre-t-elle, émue. Depuis quatre ans, celle qui connaît les prénoms de tous les habitués de la structure et a un mot gentil pour chacun, est élue championne de France des directrices de métiers du golf. « Je ne joue plus autant que j’aimerais car mon métier est très prenant. On est présent tous les jours, les week-end et jours fériés, c’est un véritable engagement permanent. » Son ambition première en tant que directrice a été « d’ouvrir le golf à tous et de le faire sortir de cette image élitiste qu’il peut avoir. »

UNE VOLONTÉ DE MODERNITÉ

Pour autant, hors de question de faire table rase du passé : « Chaque golf a son identité et pour regarder vers l’avenir, il faut savoir d’où on vient », philosophe celle qui a entrepris de grands travaux pour la structure en 2018 et 2019. Incontestablement, Lauren Daemers imprime sa patte au golf de Reims, vieux de 90 ans, celle de la modernité. Et ça marche, car l’espace qui a été totalement réaménagé, celui du practice, avec une structure et un auvent en bois s’intègre parfaitement dans le paysage tout en y apportant un confort nouveau. L’établissement qui propose aujourd’hui un parcours de 18 trous sur 64 hectares part à la conquête d’un nouveau public.

Son souci est aussi d’ouvrir la profession aux femmes. « J’ai tenu le cap. Je pense être reconnue par ma profession, c’est quelque chose de très important pour moi. Sur 735 structures golfiques, on est une centaine de femmes… C’est un monde encore très masculin alors que le golf est le sport individuel le plus pratiqué au monde ! » C’est toujours passionnée qu’elle parle de sa profession. « Chaque journée est différente, on rencontre énormément de gens et les facettes du métier de directeur de golf sont très variées. J’ai toujours envie d’apprendre, de découvrir de nouvelles choses », s’enthousiasme celle qui est à la tête d’une équipe de six personnes sur 25 travaillant au sein de la structure. Quant au golf, elle concède volontiers « être tombée dans la marmite quand elle était petite et ne jamais en être sortie. J’étais amoureuse du golf et je suis devenue amoureuse de mon métier », conclut- elle.

Parcours

1991 Naissance le 27 mars à Saint-Maur-des-Fossés (94).
2003 Touche pour la première fois un club de golf à Lyon, où elle habite avec sa famille.
2008 Effectue son premier stage dans un établissement golfique, celui de Valescure, à Saint-Raphaël.
Octobre 2014 Directrice et responsable de développement du golf de Nîmes Campagne à tout juste 23 ans.
Juillet 2016 Directrice du golf de Reims.
Commentaires