« Un choc de consommation » de 4 M€ pour Reims

Le stationnement gratuit, instauré dès le début du confinement, est prolongé jusqu’à nouvel ordre.

Le maire de Reims annonce la mise en place d’un dispositif de relance de la consommation qui passera par des mesures destinées à favoriser la consommation dans les commerces locaux et donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des habitants.

Déjà impliquée, via la Communauté urbaine, dans les mesures régionales tels que le dispositif Résistance, la Ville de Reims met en place un arsenal complet destiné à soutenir l’activité économique pendant et après la crise sanitaire. Stationnement, pouvoir d’achat, terrasses, charges… outre une distribution de masques massive à destination des Rémois, la collectivité sort l’artillerie lourde pour défendre le commerce local.

Alors que la Ville avait, dès le début du confinement, instauré le stationnement gratuit, le maire de Reims tient à prolonger cette mesure jusqu’à nouvel ordre. Une décision que que les services municipaux ont chiffré à hauteur de 800 000 euros, assumée par Arnaud Robinet.

La Ville prévoit par ailleurs « un allègement massif et généralisé » de charges. « Nous avons mis en place des exonérations massives pour six mois et pour l’ensemble des commerçants. Six mois, c’est-à-dire que cela concerne la période de fermeture mais s’étend plus largement pour tenir compte de la relance », précise le maire de Reims. Ces exonérations concernent les droits et redevances d’occupation du domaine public, du 1er mars au 31 août. La mairie prévoit aussi un abattement de 50 % du montant de la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). « On parle bien d’annulation et non de report », insiste Arnaud Robinet.

Autre choix de la collectivité : l’accompagnement des entreprises via une aide aux loyers. « C’est un accompagnement pour le paiement des loyers des entreprises de moins de 5 salariés, notamment les petits commerçants, qui ont été obligées de fermer leurs portes sur deux mois et pour qui les charges de loyer pèsent lourd », avance le maire, qui assume « un choix politique fort pour accompagner le tissu économique ». Si la collectivité doit encore définir les conditions de mise en œuvre, les sommes pourraient s’élever à environ 400 € par mois de fermeture.

CHOC DE CONSOMMATION ET RÉOUVERTURE DES MARCHÉS

Mais la mesure-phare annoncée la semaine dernière par Arnaud Robinet va encore plus loin, puisque le maire propose « un choc de consommation de 4 M€ en trois mois ». Un « choix politique fort » via un dispositif de relance de la consommation qui passera par des mesures qui, elles aussi seront encore à définir mais dont l’objectif est clair : favoriser la consommation dans les commerces locaux et donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des habitants. « Dans la perspective de la réouverture des bars et restaurants dans le courant du mois de juin, nous allons créer les conditions d’un choc de consommation de près de 4 millions d’euros dans nos commerces de proximité d’ici la fin de l’été, avec un système de bons d’achats offerts par la Ville ».

Dans cette lignée, le maire rappelle qu’il a pris l’engagement auprès des restaurateurs et bistrotiers de leur donner la possibilité d’augmenter la taille des terrasses pour préserver le nombre de places de leurs établissements.

« De même nous étudierons les opportunités nouvelles pour ceux qui n’ont pas de terrasses. Cela pourra passer par des suppressions de places de stationnement et la chrono-piétonnisation de certains secteurs », ajoute Arnaud Robinet.

Ce dernier, qui avait pris la décision de fermer l’ensemble des marchés de la ville dès la première semaine du confinement pour des raisons de sécurité, a annoncé sa volonté de les redémarrer à partir du 11 mai. « Nous n’avons pas laissé tomber les commerçants concernés en informant immédiatement les Rémoises et les Rémois des possibilités d’approvisionnement mis en place à travers une large campagne de communication », justifie-t-il.

Dans un premier temps, seuls les commerçants alimentaires seront acceptés sur les marchés comptant plus de 20 exposants. Sur les marchés de plus petite taille, tous les exposants seront admis. « Pour chaque marché, des distances de sécurité sont mises en œuvre. Pour le marché du Boulingrin, les Halles sont limitées à 100 personnes simultanément ».

Commentaires