Transports en Occitanie : doutes, impatience et chasse à Lom

De gauche à droite : Jean-Christophe Chauvignat, directeur du pôle Emergence et maîtrise d’ouvrage de la Direction territoriale d’Occitanie à la SNCF, Christophe Bazzo, directeur pour les infrastructures, le transport et les mobilités de la Région Occitanie, Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Collectivités, Christian Godillon, directeur du transport à la Dreal, et Lionel Barin, président de l’Association ingénierie de Midi-Pyrénées (AIMP). Crédit: Simon Casteran.

Comment améliorer les déplacements dans la région ? Où faut-il investir en priorité : dans le réseau ferroviaire ou routier ? Les politiques publiques sont-elles à la hauteur des enjeux ? Telles sont quelques-unes des questions qui se sont posées à l’occasion des Rencontres régionales de l’ingénierie fin février. Le 20 février dernier, il y avait foule au centre Diagora de Labège à l’occasion des Rencontres régionales de l’ingénierie. L’occasion, ce jour-là, de discuter des « grands chantiers d’aménagement en région Occitanie nécessaires au développement économique ». Mais surtout, pour les intervenants présents, de mesurer les faiblesses et les défis des réseaux de transports régionaux, et de parler des politiques publiques qui y sont liées. En particulier de la Loi d’orientation des mobilités (Lom), qui sera étudiée à partir de ce mois par le Sénat, puis devant l’Assemblée nationale en juin. Un