Thierry Breton souhaite la formation d’ingénieurs en France

Thierry Breton, pdg d’Atos, souhaite embaucher 45 000 ingénieurs dans les trois ans qui viennent. (Photo : Laurent Locurcio)

Le patron d’Atos, ancien président de l’Université de Technologie de Troyes, tire le signal d’alarme sur les besoins des entreprises. Lorsque, il y a 25 ans, Philippe Adnot, alors président du conseil général de l’Aube, avait émis l’idée d’une école d’ingénieurs à Troyes, peu nombreux étaient ceux à parier sur un succès. Aujourd’hui, avec un effectif de 3000 étudiants et une reconnaissance internationale, l’Université de Technologie de Troyes figure parmi les cinq plus grandes écoles d’ingénieur publiques en France. Au passage, le territoire aubois y trouve largement son compte avec des retombées économiques annuelles estimées à 100 millions d’euros. Avec un budget annuel de 40 millions d’euros, « dont un tiers vient de nos propres activités de formation continue et de recherche partenariale », tient à rappeler Pierre Koch, directeur de l’UTT, l’établissement est aussi
Commentaires