Spliiit révolutionne le partage d’abonnements

Spliiit

Les trois fondateurs de Spliiit viennent de transférer le siège social de leur entreprise dans l’Aube.

La start-up qui transfère son siège parisien à la Technopole de l’Aube, connaît un démarrage fulgurant après seulement quelques mois d’existence.

L’abonnement collaboratif ou partage d’abonnement est une nouvelle tendance dans laquelle s’inscrit une start-up française aux ambitions internationales. Spliiit avec trois i comme le nombre de ses fondateurs, Jonathan Lalinec, Brice Vincent et Stéphane Phung, s’est lancé dans l’aventure au printemps dernier. Le service permettant de se partager à plusieurs le coût d’un abonnement mensuel à une plateforme musicale, un service de VOD et bien d’autres produits dématérialisés vise à faciliter des pratiques relativement généralisées.

« Les distributeurs proposent d’eux-mêmes le partage d’abonnements, et beaucoup d’utilisateurs le font avec les moyens du bord et toute les difficultés pour récupérer la contribution de chacun », souligne Jonathan Lalinec, un « serial entrepreneur » qui a déjà lancé plusieurs entreprises dont une rachetée par Webedia. Dès sa création, Spliiit a suscité la curiosité de la presse nationale. Certains ont pu s’étonner que certains distributeurs limitant en principe le partage à un même foyer ne réagissent pas. Dans les faits, la pratique plus large est courante et la notion de foyer assez floue. « Les choses évoluent positivement et nous travaillons même avec certains distributeurs sur des accords de partenariat », précise-t-il. Pour quelques-uns, le partage d’abonnement permet de toucher une nouvelle clientèle qui n’aurait jamais souscrit à une offre à tarif plein. Pour d’autres, l’arrivée de nouveaux grands acteurs dans l’offre télé créant l’obligation de choisir un seul opérateur pour leurs abonnés actuels, le partage est une solution permettant de les conserver. Autrement dit, l’abonnement dématérialisé est en pleine disruption, et la start-up entend bien en profiter.

CRÉATIONS D’EMPLOIS DANS L’AUBE

Parisienne à l’origine, Spliiit vient tout récemment de devenir une société auboise en transférant sont siège à la Technopole de l’Aube. « En fait, nous avons été sollicités pour participer au concours Plug&Start et nous avons été conquis par l’écosystème régional en faveur de l’innovation, ce qui explique cette décision », indique Jonathan Lalinec. La jeune entreprise a pu lever, grâce à cet écosystème, 150 000 euros en novembre dernier. Avec 12 collaborateurs à Paris, et quatre dans l’Aube, Spliiit connaît un démarrage sur les chapeaux de roue. « Nous doublons tous les mois le nombre de nos utilisateurs et sommes déjà largement au dessus de nos prévisions de chiffre d’affaires, par conséquent nous n’aurons pas besoin de nouvelle levée de fonds », explique le co-fondateur de l’entreprise.

Le modèle économique repose sur une commission de 5 % sur les abonnements partagés, donc des revenus récurrents. Côté projets, une extension du service à l’Allemagne est en prévision, ainsi que des recrutements, à Troyes notamment. « Nous aimerions trouver des développeurs à Troyes, ce qui n’est pas simple, mais il y a aussi des embauches prévues de country managers et dans les services support », conclut-il. Pour cette start-up qui se définit comme le « Blablacar de l’abonnement », les perspectives sont importantes d’autant qu’elle permet déjà le partage d’une cinquantaine d’abonnements parmi lesquels Netflix ou Spotify pour n’en citer que quelques uns.

Commentaires