SINTERmat ouvre de nouvelles perspectives sur les matériaux

La technologie de SINTERmat suscite de l’intérêt dans des secteurs très divers. Pour Foad Naimi, son fondateur, qui montre ici des matériaux réalisés à partir de poudres de cuir, de céramique ou de métaux, c’est la preuve de la pertinence du choix d’aller sur ce terrain des nouvelles propriétés données aux matériaux, en termes de résistance à la contrainte mécanique.

Start-up et industrie, des notions éloignées l’une de l’autre ? Pas avec SINTERmat. La société, implantée en Côte-d’Or à Dijon et Montbard, développe une nouvelle technologie faisant appel à la métallurgie des poudres, qui ouvre des perspectives inédites en termes de résistance des matériaux, et même de recyclage. Dans une France qui s’interroge de plus en plus sur sa dimension industrielle, avec un Président qui ne jure que par la « start-up nation », doit-on comprendre qu’industrie et start-up sont deux notions incompatibles ? En Côte-d’Or, SINTERmat prouve que non. Dirigée par Foad Naimi, ex-responsable technique sur la plateforme de frittage de la Société d’accélération de transfert de technologies (Satt grand est, aujourd’hui devenue Sayens), créée fin 2016, la société, qui compte aujourd’hui à sa tête un trio d’associés composé de Foad Naimi, Frédéric Bernard et Roland Pesty, se