Quel avenir pour la prison de Clairvaux ?

La visite de la garde des Sceaux Nicole Belloubet à la prison de Clairvaux semble ne pas avoir changé les directives prises pour 2022. (Photo : Laurent Locurcio)

Malgré la venue de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, les élus aubois sont toujours inquiets quant aux conséquences économiques dans le barsuraubois. C’est la prison des fortes têtes. Une réputation qui colle depuis toujours à la maison centrale de Clairvaux qui a accueilli des pensionnaires ayant défrayé la chronique judiciaire comme le terroriste Carlos, le tueur en série Guy Georges mais aussi l’écrivain Charles Maurras sans oublier Buffet et Bontems, qui en 1971 y ont égorgé une infirmière et un surveillant. Annoncée en avril 2016 par Jean-Jacques Urvoas, puis confirmée en 2017 par Nicole Belloubet, garde des Sceaux, la fermeture de la maison centrale de Clairvaux est programmée pour 2022. En prévision, des bâtiments et ateliers ont déjà été démolis et il ne reste désormais qu’une soixantaine de détenus condamnés à de longues peines ou à perpétuité. Il y a peu de temps encore, l’une des plus vieilles prisons de