Quatre femmes à l’honneur dans l’artisanat aubois

La Chambre de Métiers de l’Aube a mis en avant des parcours exemplaires pour les trophées « Madame Artisanat ».

Cela fait déjà onze ans que l’artisanat aubois a décidé de mettre à l’honneur les femmes à travers des exemples de leur réussite. Les trophées Madame Artisanat sont devenus en quelque sorte une institution. Malgré la crise sanitaire qui en a compliqué l’organisation, la 11e édition a pu avoir lieu avec beaucoup de dossiers soumis au jury. Celui-ci, exclusivement féminin, s’est réuni sous la présidence de Marie-Carmen Lebègue, première vice-présidente de la CMA de l’Aube, pour attribuer quatre trophées à des artisanes ou des apprenties. C’est ainsi que le trophée « Réussite » a été décerné à Stéphanie Hirèche, dont les pâtisseries, chocolats et gâteaux de sa boutique « Gaga de Gateaux » à Saint-Julien-les Villas sont très appréciés. L’activité multi-services et services à domicile lancée à Bérulle, sous l’enseigne « Propre en Othe », a valu à Françoise Manara le trophée « Révélation ». En milieu rural, les activités de services sont très importantes pour la population. Le jury a voulu également le mettre en évidence en attribuant un trophée « coup de Cœur » à Estelle Grenet qui a ouvert, il y a quelques mois, la « Servicerie Chavangeoise », à Chavanges. Dans cette petite commune du nord-est aubois, elle y propose toute une palette de services tels que la couture-retouche, la cordonnerie, le repassage ou encore la reproduction de clés par exemple.

MIXITÉ DANS LES MÉTIERS

L’objectif de cette initiative de l’établissement aubois de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Grand Est est également de mettre en lumière des jeunes femmes qui montrent l’exemple en s’engageant dans des métiers plutôt réservés aux hommes jusqu’ici. C’est précisément le cas d’Anaïs Parisot qui a décidé de se lancer dans la carrosserie automobile.

Actuellement, elle est d’ailleurs apprentie aux Ateliers Bonenfant, à Buchères, dans l’agglomération troyenne. Si la part des femmes dans l’artisanat a doublé en trente ans, elles ne dirigent aujourd’hui qu’un quart des entreprises artisanales en France. L’emploi progresse également, avec 500 000 emplois occupés désormais par des salariées et des apprenties.

Commentaires