Quand le vin se fait Cités…

Vue d’artichecte de la future Cité de Chablis. Crédit photos : BIVB / Groupement Rougeot - Emmanuelle Andréani - SIZ-IX Architectes / Atelier Correia Architectes & Associés / RBC Architecture / Studio Adeline Rispal.

Après plusieurs années de réflexion et de conception, le projet de la Cité des vins et des Climats de Bourgogne amorce la phase des réalisations. Une étapes en trois actes. Le 12 mars, la Cité à Beaune a ouvert le bal avec l’installation du chantier et la pose de la première pierre. Puis le lundi 29 mars, ce fut au tour de la cité mâconnaise de célébrer cette même pose. La Cité à Chablis, quant à elle, vient de se voir délivrer son permis de construire pour une pose de première pierre envisagée dans l’été. Retour sur le calendrier et les projets retenus pour ce triptyque œnotouristique inédit.

Une à une, tour à tour, et première pierre après première pierre, le projet de la Cité des vins et des Climats de Bourgogne se fait de plus en plus concrèt. Ces moments clés officialisant l’ouverture des chantiers ne sauraient cacher l’im- portant travail d’appels d’offres mené concomitamment pour les travaux de construction et de scénographie. Le choix des entreprises et prestataires qui participeront à la construction et à la réalisation des parcours de visite seront connus prochainement. Plus de 60 entreprises seront ainsi mobilisées pour participer à la réalisation de ces trois cités, basées à Beaune, Mâcon et Cha- blis. Trois lieux pour trois signatures architecturales singulières. Ainsi, le groupe Rougeot et l’architecte Emma- nuelle Andréani, de SIZ’-IX Architectes basée à Lyon, seront aux commandes de la construction des 3.600 mètres car- rés de la Cité à Beaune. Joyau contem- porain, inspiré de la vrille de la vigne qui s’enroule autour du fil de palissage, la future cité s’élèvera à 24 mètres de haut et offrira une vue sur la côte viticole depuis sa terrasse panoramique.

À Macon, l’architecte mâconnais Antoine Récio, de RBC Architecture, conjointement avec l’agence ACL Asso- ciés et la scénographe Adeline Rispal ont été sélectionnés pour mener à bien l’extensionetlatransformation dubâti- ment actuel du Bureau interprofession- nel des vins de Bourgogne (BIVB). La proposition architecturale du lauréat consiste à trancher avec l’existant en concevant un bâtiment avec un signal fort, bien visible depuis l’avenue, grâce à un totem, inspiré de la vis du pressoir en bois. Situé au coeur du quartier cul- turel de la ville, cet ouvrage innovant de 1.600 mètres carrés, sera également composée de formes courbes inspirées de l’ammonite, fossile très présent dans les sols argilo-calcaires de la région, et abritera une entrée unique. Il offrira un point de vue sur la Saône du haut de ses 17mètres.Fluidité,transparence,ouver- ture et luminosité ont guidé le geste architectural de la Cité à Mâcon. Porte d’entrée des vignobles du sud de la Bourgogne, la cité offrira un lieu unique tourné vers l’expérience sensorielle. Le

visiteur partira ainsi à la découverte de la richesse, de la variété et de la subtilité des vins de Bourgogne. Trois principes émotionnels guideront l’expérience : éprouver, c’est-à-dire se rendre compte etconnaîtreparl’expérience;compren- dre,c’est-à-direpartagerlaconnaissance plutôtqu’apprendreisolémentetdégus- ter, c’est-à-dire éduquer son goût et apprécier les saveurs. Un environne- mentsonore,avecdesbruitagesnaturels et des mélodies renforceront la sensa- tion d’immersion.

À Chablis, l’architecte Claude Correia, de l’Atelier Correia Architectes & Asso- ciés situé à Saulieu au cœur du Morvan, offrira un trait d’union de 800 mètres carrés entre le passé et le futur, en concevant une extension contempo- raine dans le prolongement du monu- ment historique du cellier du Petit Pon- tigny (12e siècle), où les moines jadis élevaient leurs vins. Le tout encadrera un jardin invitant à la promenade. Le visiteur sera invité à déambuler le long de la « rampe des climats », dispositif démonstratif et pédagogique novateur dévoilant les strates géologiques du terroir de Chablis et lieu de découvertes sensorielles. Le parcours de visite commence ainsi dès l’entrée, dans cet

espace public extérieur travaillé pour créer un micro-paysage inspiré des rangs de vigne, qui servira de support d’animation au fil des saisons. Ni musée ni centre d’interprétation, la Cité, telle que mise en scène par l’équipe du Stu- dio Adeline Rispal verra, là aussi, tous les sens du visiteur sollicités : sensations tactiles, visuelles, olfactives et acous- tiques…

Enfin, même si les trois cités offriront des ambiances différentes de par leur situation géographique, leur surface, leur point de vue et leur style architec- tural,ellesauronttouteslemêmeobjec- tif : partager la culture viticole bourgui- gnonne, avec le plus grand nombre, à travers une large palette d’offres et de services autour de l’univers de la vigne et du vin.

Le calendrier des cités

De mars à cet été Démarrage des chantiers avec les poses des premières pierres.

Printemps Choix des entreprises pour la construction et réalisation des différents espaces intérieurs, dont les trois parcours scénographiques.

Eté Réalisation des contenus audiovisuels qui mettront en valeur la Bourgogne dans les parcours scénographiques.

Automne Commercialisation des sites et préparation du plan de lancement des cités.

2021-2024 Campagne de mécénat.

À partir de l’été 2022 Ouverture des trois cités.

La pose de la première pierre de la Cité de Beaune.

Image d’architecte de la future “vrille de vigne” du bâtiment beaunois.

Élément de scénographie.

Pose de la première pierre de la Cité de Mâcon.

Vue d’architecte de cette dernière.

Commentaires