Prêter n’est pas transférer : le dilemme des agents de joueurs

(Photo : Pixabay)

Par Maître Thierry Granturco, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles C ’est une frontière très ténue. Entre un prêt de joueur et un transfert, il n’y a parfois qu’une infime différence. Mais une différence de taille, au plan juridique. Illustration. Dans un arrêt du 17 mai 2019 (n° 16/00879), la cour d’appel de Rennes se penche sur une succession de contacts entre le FC Nantes, le club anglais de Bolton et le joueur croate Ivan Klasnic. En août 2009, le FC Nantes donne mandat à un agent pour transférer trois joueurs de son effectif, dont Ivan Klasnic. Le club anglais de Bolton manifeste son intérêt pour ce joueur. Mais il souhaite s’attacher ses services sous la forme d’un prêt et non d’un transfert. Le prêt est accompagné d’une option d’achat de 2 M€, que le club anglais peut lever à l’issue de la saison. En cas de transfert définitif du joueur, le FC Nantes s’engage, de son côté,