Plus de 11,2 millions d’euros pour la rénovation énergétique

Le campus troyen de l’université de Reims bénéficiera de travaux d’amélioration dans le cadre de ce programme.

Les travaux seront lancés dès cette année dans le cadre d’un programme de 28 chantiers entrant dans le plan de relance.

C’est une enveloppe de plus de 11,2 millions d’euros que l’État va consacrer à la rénovation énergétique de bâtiments publics dans l’Aube, dans le cadre du plan de Relance national. L’objectif est double : améliorer la qualité de l’accueil des usagers et les conditions de travail des agents d’une part, et permettre aux entreprises de la filière BTP de remplir leurs carnets de commande. Bien entendu, l’objectif est également écologique puisqu’il s’agit de réduire les consommations d’énergie, de remplacer des équipements trop polluants et d’encourager des pratiques plus durables comme l’utilisation de véhicules électriques. En matière de calendrier, ces chantiers devraient être lancés au plus tard avant la fin de cette année et durer jusqu’en 2023 pour les plus importants. Au niveau national, ce plan de relance concerne 4 214 projets de rénovation énergétique pour un investissement global de 2,7 milliards d’euros. Dans l’Aube, ce sont 28 chantiers qui ont été retenus.

DES TRAVAUX TRÈS VARIÉS

Plusieurs d’entre eux concernent des travaux d’isolation, comme par exemple dans les locaux des gendarmeries de Vendeuvre-sur-Barse et de Rosières.

D’autres chantiers permettront le remplacement de chaudières au fuel par des équipements modernes au gaz pour le camp militaire de Mailly-le-Camp. Ce vaste programme prévoit aussi des travaux de rénovation énergétique pour des bâtiments relevant de l’enseignement supérieur et de l’université ainsi que du Crous de Reims, situés à Troyes.

Enfin, la rénovation énergétique s’applique également à la mobilité puisque plusieurs installations de bornes de recharge de véhicules électriques sont prévues, notamment à la préfecture de l’Aube, à Troyes, ou encore à l’AFPA de Pont-Sainte-Marie. Une très large partie des services de l’État présents dans le département sont concernés, comme par exemple ceux de l’ONF à Aix-Villemaur-Pâlis, Rumilly-les-Vaudes et Troyes, de la direction départementale des finances publiques (Troyes, Romilly-sur-Seine, Nogent-sur-Seine et Bar-sur-Aube). Pour rappel, au niveau du Grand Est, ce sont 335 bâtiments publics qui ont été retenus pour bénéficier de travaux de rénovation énergétique dans le cadre de ce volet du plan de Relance, pour un investissement total de 237 millions d’euros.

Les chantiers sont répartis sur 96 communes de la région. Avec une enveloppe de 11,2 millions d’euros, l’Aube tire son épingle du jeu, le niveau d’investissements étant très variable selon les départements. Ainsi, si la Marne bénéficiera d’une enveloppe de plus de 57 millions d’euros, l’investissement dans des bâtiments publics ardennais s’élèvera à 5,4 millions d’euros, alors qu’il sera d’un peu plus de 3 millions d’euros en Haute-Marne.

Dans l’Aube, ce sont les bâtiments troyens de l’université et du Crous de Reims qui auront la place la plus importante de ce programme.

Commentaires