Patrick Martin à Troyes : le Medef joue la carte du terrain

Patrick Martin entouré de José Montero, président du Medef Aube et de David Butet, président du Medef Côte d’Or. (Photo : Laurent Locurcio)

Patrick Martin, président délégué du Medef national, s’est rendu à Troyes pour évoquer les nouvelles orientations et l’actualité sociale.

C’est un « Medef de terrain » que mettent en avant les responsables nationaux de l’organisation patronale. De passage à Troyes à l’invitation du Medef Aube, Patrick Martin, président délégué du Medef national, n’a pas manqué l’occasion d’évoquer cette orientation. Avec le nouveau président, Geoffroy Roux de Bézieux, le tandem remet de l’ordre dans l’organisation du Medef en donnant davantage de place aux instances territoriales. « Depuis notre arrivée à la tête du Medef, nous avons restauré le poids des territoires dans notre organisation en donnant davantage de place à nos 120 structures locales », souligne Patrick Martin. Une nécessité pour faire entendre la voix des entrepreneurs face « aux élus qui perdent parfois de vue les réalités quotidiennes ». Il cite de ce point de vue en exemple les nouvelles régions : « Le Grand Est comme l’Occitanie n’ont pas de sens de mon point de vue », indique ce chef d’entreprise à la tête d’un groupe familial basé à Bourg-en-Bresse. Des élus qui peuvent parfois prendre des positions jugées satisfaisantes par le Medef, en matière d’assurance chômage dont le décret est jugé « courageux ».

« Il faut tout de même qu’on parvienne à résoudre ce paradoxe avec un taux de chômage encore important de 8,3% et en face 40% des entreprises qui ont des difficultés de recrutement ». En revanche, sur le dossier des retraites, la satisfaction n’est pas la même. Le Medef estime que l’âge de départ doit être porté à 64 ans, soit « le point d’équilibre en l’état actuel de la démographie en France ». Patrick Martin estime aussi qu’aucun effort n’est fait véritablement pour baisser la dépense publique. « Le projet de loi de finances ne prévoit aucune économie alors que notre déficit public, le plus fort de l’Union européenne, est déjà à 2,2 % du PIB », déplore le président délégué du Medef.

L’AUBE SE RAPPROCHE DE LA CÔTE D’OR

Un contexte qui n’est guère favorable à l’allègement du poids fiscal sur les entreprises. « En France, les impôts de production sur les entreprises, et notamment les PME, sont une aberration économique et sociale », estime-t-il. Une récente étude comparative de KPMG démontre qu’une PME française ferait 2,5 fois plus de bénéfices si elle était installée aux Pays-Bas, 2,3 fois en Allemagne et 1,9 fois en Italie. Or, ce sont justement les bénéfices qui permettent aux entreprises d’investir, de recruter et de se développer.

Créer du réseau est aussi une autre manière de développer son activité. C’est l’un des objectifs du président du Medef aubois, José Montero. À l’occasion de la venue de Patrick Martin à Troyes, il a invité une délégation de chefs d’entreprise de Côte- d’Or. Venu en voisin, David Butet, président du Medef de Côte d’Or, a pu visiter avec ses collègues deux entreprises auboises, Carbonex, qui produit de l’électricité en fabriquant du charbon de bois, et la maison de champagne de l’Union Auboise Veuve Devaux. Les échanges entre le Medef Aube et celui de Côte d’Or devraient s’intensifier dans les mois qui viennent.

Commentaires