Sylvie QuillierPassionnée sur toute la ligne

Sur les marchés ou comme ici dans sa boutique, Sylvie Quillier est heureuse d’exercer un métier qu’elle n’échangerait pour rien au monde. (Photo : Nadine Champenois)

Après avoir travaillé dans une grande poissonnerie dans le Jura, l’Auboise est revenue dans sa ville natale pour créer sa poissonnerie, avec les marchés comme points de vente.

«Je suis tombée dedans petite ». C’est plus exactement, dans un couffin, à l’arrière d’une remorque, que Sylvie Quillier a respiré pour la première fois cette atmosphère iodée, où flotte une légère odeur de mer et d’algue marine : « Papa était poissonnier. De 1980 à 2004, la date où il est parti à la retraite, il n’a fait que les marchés. Dans l’Aube, l’Yonne et la Marne. Et dès que j’ai su marcher, je l’ai suivi », se souvient-elle.

Si l’âge de sept ans est souvent qualifié d’âge de raison, ce fut celui où elle avait déjà acquis les bases d’un métier qu’elle maîtriserait bientôt. « À l’âge de sept ans, je savais déjà servir les clients », relate Sylvie Quillier. Son père, « très, très passionné » – qui au fil du temps lui transmettra la passion du métier de poissonnier – était quant à lui charcutier de métier au début de sa vie professionnelle. C’est à la faveur d’une embauche dans une coopérative, qu’il avait servi au rayon poissonnerie, jusqu’en 1968. Avant de travailler pendant douze ans au
« Petit Charlot » , une enseigne située alors rue Urbain IV, à Troyes. Il travaillera dans cette maison, également familiale, pendant une douzaine d’années, avant de s’installer à son compte, en 1980.

CRÉATRICE D’ENTREPRISE

Sur les bancs de l’école, Sylvie Quillier opte pour des études en comptabilité. BAC pro en poche à 19 ans, elle suivra son conjoint d’alors dans le Jura et sera embauchée par la grande poissonnerie Schaller, à Dole. De son côté, son père, partant à la retraite en 2004, vend à Frédéric, son employé, son affaire, qui devient la poissonnerie La Fontaine.

De retour dans l’Aube, Sylvie Quillier se lance à son tour dans l’aventure de la création d’entreprise : « J’ai créé ma poissonnerie (sur les marchés) en 2007. Puis, début 2009, j’ai racheté la poissonnerie (ses point de vente) qui avait été créée par mon père. Et j’ai rembauché Frédéric. Avant de reprendre Régis en 2014 », explique la dynamique commerçante. Toujours sur le pont (sur les marchés, ou à la boutique) Sylvie Quillier a à cœur de transmettre depuis quatorze ans un savoir-faire qu’elle a pour sa part acquis dès son plus jeune âge. « J’ai formé quatre apprentis, dont un que j’ai embauché. Maxime est là depuis la Seconde. Les autres ont également tous du travail », fait-elle valoir avant d’ajouter : « Je suis très attachée à mes employés ».

OUVERTURE DE LA BOUTIQUE

Entourée de son équipe (Michèle, Maxime, Régis et Frédéric, qui se rend à Rungis deux fois par semaine), la gérante auboise a ouvert sa boutique à La Rivière de corps, dans l’agglomération troyenne, en septembre 2019. Ce projet aura tout de même mis trois ans avant de voir le jour. « Le projet de rachat du local, qui était une pharmacie, date de 2016. Il aurait dû se concrétiser fin 2017, mais cela n’a pu se faire qu’en janvier 2019 car cela a pris plus de temps que prévu pour que la pharmacie puisse déménager », détaille Sylvie Quillier. Aujourd’hui, dans sa boutique, chaussée de bottes de caoutchouc, elle navigue avec aisance devant ses étals de poissons, fruits de mer et crustacés.

Commerçante dans l’âme, elle mise avant tout sur le service. « N’hésitez pas à nous demander de préparer vos poissons entiers, soit vidés soit faits en filet, retirer les arêtes des filets… recettes, temps de cuisson…» dit- elle, tout en préparant un poisson pour un client qu’elle est en train de servir. Aux pavés de saumon, dos de cabillaud, joues de raie ou autres filets de merlan, plie, tacaud, églefin, rascasse et sardines s’ajoutent les préparations de plateaux. Ceux-ci peuvent être garnis d’huîtres spéciales de Gillardeau, de crevettes royales de Madagascar, de bulots cuits maison ou moules d’Espagne.

Pour ses clients, qu’elle accueille toujours avec un large sourire, elle concocte également sur commande des
« plats faits maison, en grande partie, et en privilégiant la qualité ». Le bouche à oreille faisant son office, ils sont déjà nombreux à ainsi apprécier les plats traiteur de la maison, comme par exemple la paella, ou encore la tarte au saumon fumé, les verrines de saumon fumé ainsi que la traditionnelle choucroute de la mer ou encore les lentilles au saumon. Sans oublier le saumon fumé fait maison et autres salades, lasagnes et bouchées de la mer. Une belle occasion de prendre le large servie sur un plateau.

La poissonnerie de Sylvie Quillier est en tout cas déjà un lieu où aiment se retrouver les habitants des environs. Et ce n’est pas rien pour une commune. Beaucoup de villes de l’agglomération ont en effet vu ces dernières années le nombre de leurs commerces diminuer. La gérante de la boutique et son équipe apportent ainsi un vent de fraîcheur et de convivialité, propice à redonner vie au cœur de la Rivière de Corps.

Parcours

1981 Naissance le 10 octobre à Troyes.
2000 Bac Pro Comptabilité.
2000-2007 Embauchée à la poissonnerie Schaller, à Dole, dans le Jura.
2007 Création de sa poissonnerie (sur les marchés, dans un premier temps).
2019 Ouverture de la poissonnerie Quillier, à la Rivière de Corps, en septembre.
Commentaires