Jean-Louis AmatParcours d’intelligences

Jean-Louis Amat.

Directeur général d’Ardennes Développement depuis 2015, Jean-Louis Amat, 61 ans, a d’abord fait une brillante carrière dans l’Intelligence artificielle avant de découvrir l’intelligence économique.

Après avoir passé sa prime jeunesse dans le quartier Picpus à Paris, Jean-Louis Amat a vécu ensuite à Antibes lorsque son père, spécialiste en analyses financières pour les grands comptes, a été muté sur le site IBM de La Gaude.

Ce natif d’Oran, passionné par la science, poursuit des études de physiques à l’université de Nice-Sophia Antipolis en profitant des cours dispensés par des professeurs de premier rang comme François Rodier et Jean-Marc Levy-Leblond qui lui font découvrir « une science passionnante ».

Il choisit alors la voie de la physique appliquée, en travaillant avec des spécialistes de l’optique moderne (laser et fibres optiques) et réussit un doctorat en sciences de l’ingénieur, effectué au Centre Scientifique d’IBM à Paris. Il participe alors aux premiers travaux français sur l’application de l’Intelligence Artificielle au traitement d’images.

DES PROJETS DE HAUTE TECHNOLOGIE

Par la suite, en parallèle avec un poste de chercheur associé à l’Ecole des Hautes Etudes en Informatique de l’université Paris 5, Jean-Louis Amat, déjà courtisé par de nombreuses entreprises liées à la Défense, accumule les expériences en région parisienne chez Matra Espace, Altran Technologies, Aérospatiale Missiles et Dassault Aviation.

« Durant ces années, il se familiarise avec l’informatique de pointe, le traitement d’images numériques, la prévision météo à partir d’images satellites, les applications civiles de prédiction de récoltes, la reconnaissance aérienne, la poursuite de cibles ou la cartographie embarquée », précise-t-il.

Riche de ce savoir, en 1992, il choisit de travailler de façon plus autonome et se forme alors à l’école des start-up.

Il devient co-créateur d’Advance, leader des réseaux de neurones en France et distributeur exclusif du logiciel majeur du domaine, crée en 1995 la société Nexyad, entreprise innovante dans les systèmes intelligents, où il est en charge de business dévelopment, innovation et recherche. Enfin, il devient product manager chez Alcatel CIT avec la responsabilité mondiale d’une ligne de produits e-CRM (gestion de la relation clients) et médiation réseaux. Par la suite, et comme consultant cette fois, Jean-Louis Amat accompagne plusieurs grandes entreprises sur des techniques avancées, appuyant, par exemple, la MACIF à l’intérêt de faire de la reconnaissance automatique de la parole pour la saisie des formulaires d’accident.

DE L’INNOVATION ET LA R&D AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Changement total de cap en 2006, date à laquelle suite à un évènement familial, il décide de rejoindre son épouse en Franche-Comté et d’intégrer l’agence de développement économique de Montbéliard en tant que chef de projet innovation puis directeur.

« J’ai découvert un monde que j’ignorais totalement, c’était un changement d’état mais ce poste me correspondait bien car j’avais une bonne connaissance de l’industrie et des laboratoires de recherches. Mes précédents métiers m’ont permis de comprendre les problématiques concrètes des entreprises et d’anticiper à bon escient, les développements industriels ».

Dans la continuité de son parcours, un cabinet de recrutement le contacte et lui propose la direction d’Ardennes Développement. Il accepte ce challenge, entamé le 15 avril 2015. « Ayant la fibre entrepreneuriale, j’étais intéressé à l’idée de prendre une agence qui démarrait car il y avait tout à faire. Je suis parti d’une feuille blanche avec pour mission de faire de la prospection d’entreprises et la promotion du territoire. Avec tous les acteurs économiques, il a fallu construire un argumentaire marketing pour finaliser un plan stratégique. Ensuite, avec mon équipe, nous avons suscité une connaissance croissante du département en organisant des évènements sous forme de petits-déjeuners à Paris, Bruxelles et au Sénat pour vendre le dispositif « Bassin d’Emploi à Redynamiser » à des décideurs. Grâce à ces opérations et à la plateforme mise en ligne sur notre site, la notoriété des Ardennes a pu augmenter ».

« ON EST DES FACILITATEURS »

Devenu depuis 2018, sous l’impulsion de la région Grand Est, une agence généraliste, agissant sur l’endogène et l’exogène, Ardennes Développement, installé dans l’ancien siège de la CCI de Sedan, est devenu le point de contact des investisseurs cherchant à développer leur PME via une extension ou un lieu d’implantation.

« Notre rôle est de mobiliser tous les leviers publics, d’activer les différents services et de trouver les bons interlocuteurs pour les accompagner de manière pertinente dans leur projet. Il faut être réactif, efficace et leur permettre de gagner du temps dans les démarches. En apportant notre valeur ajoutée, on agit comme des facilitateurs. Dès qu’un prospect nous sollicite, on diffuse le cahier des charges à chaque EPCI, pour faire ensuite la meilleure offre possible. Ensuite, il faut réussir notre travail d’ancrage en donnant envie aux investisseurs de venir dans les Ardennes ».

Disposant par ailleurs de différents canaux pour aspirer les projets exogènes en travaillant, par exemple, avec l’agence d’attractivité du Grand Est, « Invest Eastern France» en lien avec Business France et ayant tissé une relation de confiance avec de nombreux partenaires, l’équipe de neuf collaborateurs d’Ardennes Développement, qui dispose d’un budget de 860 000 euros de la part de ses financeurs peut se targuer d’excellents résultats, avec notamment les arrivées dans le département d’Hermès, Agronutris, Sanou Koura et des Cycles Mercier.

Depuis le transfert d’Exploseo de Rouen à Charleville-Mézières, l’agence a ainsi conclu 28 projets avec un peu plus de 800 emplois au démarrage. On peut citer entre autres : les reprises d’ATM à Carignan, des Transports Nicolas à Donchery et de BJ Industries à Tournes/Cliron, les arrivées de Sade à Rethel, J Way à Carignan, Scorpe Technologies à Saint-Germainmont, Biogénie à Chalandry-Elaire, Alliance Prévention Sécurité à Charleville-Mézières, Alfred BPO à Monthermé et Meth’aventures à Signy L’Abbaye et le développement de Boudin blanc du Rethélois.

« Malgré une concurrence féroce, nous avons réussi à apporter notre pierre à l’édifice ». En ce qui concerne l’endogène, plus de 300 PME locales ont été rencontrées, donnant lieu à 400 rendez-vous et plus de 100 accompagnements via une majorité d’aides à l’investissement.

Un travail opéré souvent discrètement mais sacrément efficace…

Parcours

1960 Naissance le 3 février 1960 à Oran (Algérie).
1987 Réussit son doctorat en sciences de l’ingénieur chez IBM France à Paris.
1995 Co-fondateur de Nexyad en charge du business développement, innovation et recherche.
1998 Devient product manager chez Alcatel CIT.
2006 Découvre le développement économique comme chef de projet innovation à l’agence de développement de Montbéliard.
2015 Prend la tête de l’agence de développement économique des Ardennes.
Commentaires