Annette HardouinOr bleu

Annette Hardouin

Aux côtés de son compagnon Yves Patissier, la styliste ennoblit les textiles naturels grâce au fameux pastel, avec la conviction que ses créations signées Ahpy donnent du bonheur aux gens.

Ne vous fiez pas à l’image, qu’on pourrait croire extraite d’un magazine pour seniors. Annette Hardouin et Yves Patissier, son mari, n’ont rien d’un couple de retraités oisifs. Tout au contraire, le duo de sexagénaires, réuni par une même passion pour la création de vêtements, travaille chaque jour en symbiose dans son atelier de la rue du Caillou gris à Toulouse. Un lieu où, de l’ours en peluche aux coupons de tissus, en passant par les vêtements, bijoux et accessoires, tout est bleu, ou presque, ce bleu qui a fait la richesse de Toulouse, le pays de cocagne. Annette Hardouin et Yves Patissier « sont tombés dans la cuve » du fameux bleu du pastel de Lectoure, il y a 17 ans, en rencontrant Denise et Henri Lambert, auxquels on doit la renaissance du célèbre pigment.

Depuis, le couple a installé son show room et son atelier de teinture végétale à deux pas de sa maison dans le quartier des Minimes et s’attelle chaque jour à « ennoblir les tissus » grâce au pastel, des étoffes naturelles – laine, coton bio, lin, soie – tissées en France pour l’essentiel et teintes à Toulouse, puis transformées grâce au talent de styliste d’Annette Hardouin et au savoir-faire de patronnier d’Yves Patissier, en pièces de confection unique ou de petites séries. Le couple éminemment complémentaire vend également ses créations dans la boutique Violettes et Pastels rue Saint Pantaléon et dans le lobby de l’hôtel Mercure, rue Labéda à Toulouse, ainsi que sur internet et à l’occasion de salons tel celui du Made in France ou de festivals dont celui de Lorient, l’occasion à chaque fois de promouvoir la région et son patrimoine.

Un beau succès qui n’a cependant pas fait, à la différence des pastelliers du XVe siècle, la fortune du couple. Mais qu’à cela ne tienne, « on ne fait pas ça pour ça ! » s’amuse Annette Hardouin. « Nous ne sommes pas riches, mais riches en revanche d’émotions », confirme Yves Patissier. Leur plaisir aujourd’hui est de transmettre leur savoir-faire, puisque, devenus organisme de formation, ils accompagnent jeunes et adultes en reconversion vers les métiers de couturière et de patronnier gradeur, tandis qu’Annette Hardouin organise aussi des ateliers de teinture pour faire découvrir la « magie » du pastel.

« C’est grâce aux pages jaunes » que leurs chemins se sont croisés, explique Annette Hardouin. Ex-mécanicien soudeur, à 37 ans, Yves Patissier a décidé de se reconvertir et obtient un diplôme de styliste modéliste patronnier gradeur. À l’époque, il cherche un atelier pour réaliser ses créations. Au troisième numéro appelé, c’est Annette Hardouin qui répond… Depuis, explique cette dernière, « nous avons mis nos savoir-faire en commun, lui son passé dans l’industrie, moi dans la haute couture. C’est une bonne façon de travailler ». En 1997, lorsque cette rencontre a lieu, Annette Hardouin vit et travaille dans les Yvelines, à Chatou. Dix ans plus tôt elle y a installé son propre atelier où elle crée des vêtements pour une clientèle aisée parisienne et internationale. Pendant dix ans, elle fera ainsi deux défilés par an, à Paris et Berlin. C’est en effet outre-Rhin, qu’Annette Hardouin a grandi, à Bielefeld, en Rhénanie du Nord-Westphalie et fait des études de styliste designer à Hanovre. « À 10 ans, je savais déjà ce que je voulais faire, se souvient la créatrice. Je voulais faire un métier où l’on voit le soir ce qu’on a fait dans la journée! Je voulais créer des choses. » L’influence d’une grand-mère couturière ?

À l’issue de sa formation, en 1974, la voilà à Paris. Elle y intègre un bureau de styliste qui très vite va la dégoûter du milieu de la mode. Au bout d’un an, elle rend son crayon, avec le sentiment « de m’être trompée ». En même temps qu’elle commence à créer pour elle et ses amies, elle s’occupe pendant quelques années des relations publiques d’une école de cuisine, une pionnière, qui initie des touristes étrangers aux secrets de la gastronomie française. L’occasion pour elle de se créer un réseau, de côtoyer les ambassades, les équipes de télé… Pendant cette période, elle fait également des traductions, restaure des meubles, peint… Durant ces années, elle croise surtout la route d’Anneliese Heinzelmann, ancienne première d’atelier d’Hubert de Givenchy puis directrice de l’atelier de Jean-Paul Gaultier, qui lui conseille vivement de se lancer… S’en suivront dix ans d’intense activité où elle crée des pièces uniques à rebours des tendances. « Lorsque vous le portez, le vêtement commence à vivre avec vous, c’est comme une seconde peau, s’enthousiasme Annette Hardouin. Il fait partie de notre vie, devient intemporel et vous n’avez plus envie de le quitter !» D’où « le besoin de se renouveler », « d’agrandir son cercle », ajoute-t-elle, d’aller « vers d’autres horizons ». Avec Yves Patissier, à l’orée des années 2000, elle tourne ainsi une nouvelle page en s’installant à Toulouse, « pour le soleil », avant de virer au bleu…

Pendant qu’Yves Patissier retourne travailler dans l’industrie pour faire bouillir la marmite, Annette Hardouin apprend les techniques de teinture, travaille pour la marque Bleu de Lectoure, puis crée ses propres modèles sous la griffe AHPY, les initiales du couple. En 2011, elle obtient le titre de maître artisan en métier d’art et rejoint l’association Ateliers d’art de France. Mais c’est depuis 2013, que les créations du couple, réuni enfin dans l’atelier des Minimes, prennent leur essor. Annette Hardouin et Yves Patissier font désormais rayonner le pastel au-delà des frontières hexagonales jusqu’au Japon… Et voient plus que jamais la vie en bleu.

Parcours

1951 Naissance à Bielefeld, en Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne
1974 Après sa formation de styliste designer, arrive à Paris
1987 Crée son atelier à Chatou dans les Yvelines
1997 Rencontre Yves Patissier. Le couple partage la même passion pour le stylisme
1999 Installation à la campagne, près de Toulouse
2000 Création de vêtements à thème pour EADS
2004 Découverte du pastel auprès de Denise et Henri Lambert créateurs de Bleu de Lectoure
2004 Création de la griffe AHPY
2007 Installation dans l’atelier de la rue du Caillou gris dans le quartier des Minimes
2011 Devient Maître Artisan en métier d’art. Rejoint l’Académie des arts et des sciences du Pastel
2012 Rejoint le groupement d’artistes Ateliers d’Art de France qui regroupe 5400 artistes, artisans et manufactures d’art
Commentaires