« Nous devons rester la boussole du chef d’entreprise »

(Freepik)

Les 7 et 8 novembre derniers, près de 700 commissaires aux comptes étaient réunis à Lille. Le tsunami. C’est en ces mots que Jean Bouquot, président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, a commencé son allocution. Il faut dire que depuis l’adoption des dispositions de la loi Pacte concernant le relèvement des seuils d’audit légal, la profession est en plein bouleversement : « nous ne l’avions pas vue venir. Même si la loi Pacte a rempli la profession d’amertume et de colère et que nous ressentons une sorte d’acharnement, nous nous donnons les moyens d’un avenir ambitieux ». L’adoption des dispositions de la loi Pacte touche 153 000 mandats de commissaire aux comptes (Cac), alors que la profession en dispose de 192 000 dans les sociétés commerciales, soit une remise en cause de l’ordre de 40 % de l’activité en termes de chiffres d’affaires. « Certains de nos confrères perdent tout.
Commentaires