« Mercuriales » de la cour d’appel : bilan et réformes

Vendredi 31 janvier se déroulait l’audience solennelle de rentrée de la Cour d’appel de Dijon. «L'audience de rentrée trouve son origine dans les anciennes mercuriales des parlements de l’Ancien régime, qui correspondaient à un discours de remontrance », Lucette Broutechoux, première présidente de la cour d’appel de Dijon donne le ton dès son introduction. Depuis, cette tradition a évolué et est désormais, l’occasion chaque année, de prononcer un compte rendu de l’année passée et d’évoquer les projets et réformes de l’année en cours. Lucette Broutechoux a débuté en s’inquiétant du prolongement du mouvement de grève des avocats. « Devant la cour d’appel juridiction, ce sont 50 dossiers pénaux et 225 dossiers civils qui ont été renvoyés en janvier », précise cette dernière. Retard notable avec lequel débute cette année 2020 et qui sera difficilement rattrapable. Pour 2019, Lucette Broutechoux