Mercosur : malaise sur le sucre et l’éthanol

Mercosur
Le Grand Est, 2ème région française de betteraves sucrières, tend le dos quant aux accords annoncés du Mercosur. Le Mercosur annonce une suppression des droits d’entrée à l’importation avec le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay, sur un contingent de 180 000 tonnes de sucre et 650 000 tonnes d’éthanol. « Il y a dix ans, explique Éric Lainé, président de la Confédération des Betteraviers Français, un contingent avait déjà été ouvert pour faire venir et circuler, en France et en Europe, jusqu’à 1 million de tonnes de sucre, en plus de notre production locale. La situation est donc complexe depuis plusieurs années ». Le Mercosur jette un flou supplémentaire sur cette filière déjà en difficulté, et par- ticulièrement dans la région Grand Est, qui représente 25% de la production betteravière française. DE L’ÉCONOMIE À L’HUMAIN Avec 116 000 hectares de betteraves, 5 570 planteurs, trois