Marchés militaires : les PME doivent passer à l’offensive

Le colonel Gil Rostain. Photo: Philippe Demoor

Le groupement de soutien de défense de Mourmelon, qui achète pour plus de 25 M€ de fournitures et prestations par an, souhaite travailler davantage avec les PME locales. Une centaine d’entreprises travaille déjà avec l’Armée sur le territoire car, pour des raisons de coût de déplacement et de rapidité, la proximité est un atout de poids pour les PME locales. Le groupement de soutien de défense de Mourmelon, qui couvre aussi les bases de Mailly (Aube), Suippes et Sissone (Aisne), souhaite toutefois faire encore mieux et étendre son panel de prestataires. « Le groupement est un acteur enraciné et accessible de l’économie locale. Nous avons des besoins importants et les entreprises ne doivent pas se laisser intimider par l’uniforme. Nous devons assurer le bon fonctionnement des sites et la vie courante de 7500 miliaires, avec même une population pouvant atteindre 50 000 soldats lors des manœuvres des camps de Champagne. Nous avons une