Luzeal, première coopérative française de déshydratation

En bonne première française, la coopérative Luzeal gère 250 000 tonnes de luzerne, soit 35% de la production nationale. (Photo : Pascal Rémy)

La coopérative agricole Luzeal englobe, aujourd’hui, cinq usines, dans la Marne et les Ardennes.

Première coopérative française de déshydratation avec 250 000 tonnes de luzerne déshydratée (35% de la production nationale), Luzeal produit aussi des pulpes de betteraves, du marc et pépins de raisins, du miscanthus et des granulés de bois. Ces activités représentent un complément de production de près de 150 000 tonnes.

Luzeal emploie un total de 148 CDI sur cinq sites (Pauvres, Pontfaverger, Saint-Remy-sur-Bussy, Recy et Sept-Saulx), épaulés par 75 saisonniers durant les six mois de campagne luzerne, entre mai et octobre. Concernant son cœur de métier, Luzeal exploite et valorise les 20 000 hectares de luzerne de 1 500 adhérents du nord de la Marne et du sud des Ardennes.

Une fois la récolte assurée, les cinq sites de production des Ardennes et de la Marne sont approvisionnés pour le séchage de la luzerne avant son conditionnement sous diverses présentations (granulés ou balles de 20 et 400 kg) ou sous forme d’extraits concentrés de luzerne (process de concentration de la protéine). Ensuite, les produits finis sont stockés avant leur expédition durant les douze mois de l’année à destination des élevages laitiers, des fabricants d’aliments composés qui utilisent la luzerne avec d’autres matières premières, des négociants qui redistribuent les produits et des industriels pour l’extraction de la chlorophylle.

70 MILLIONS D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES DONT 50 % À L’EXPORT

Sur son marché, Luzeal exporte 50% de sa production en Suisse, Allemagne, Hollande, Belgique et Angleterre mais aussi aux Etats-Unis, au Moyen-Orient, au Japon et en Inde. Elle réalise ainsi un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros.

Outre son importance économique, Luzeal tient aussi un rôle essentiel dans le maillage territorial avec des usines créatrices d’emploi en milieu rural.

Pour son directeur général, « la raison d’être de Luzeal est d’assurer la meilleure valorisation possible des apports de nos adhérents afin que la luzerne soit une culture intéressante pour les agriculteurs de la région ». Thierry Hamerel se plait aussi à rappeler que « la luzerne est une culture vertueuse ne nécessitant que peu d’intrants (engrais chimiques ou produits phytosanitaires). 6% de notre production est d’ailleurs issue de cultures biologiques, ce qui est très important pour l’assolement des producteurs bio de la région ». Le dirigeant souligne aussi la démarche opérée ces dernières années par Luzeal, certifié ISO 50001 Management de l’énergie depuis 2013, pour réduire fortement à tous les niveaux de l’entreprise la consommation d’énergie de ses usines et plus particulièrement celle d’énergies fossiles. Elle travaille ainsi à l’amélioration de l’impact de son activité sur l’environnement.

Dotée de deux filiales (Agromi et Desialis, Luzeal est aussi actionnaire à 35 % de Nealia, premier producteur d’aliments du Nord Est de la France avec ses marques CADSAR, COPAM, ETIENNE et figure à hauteur de 23% dans le capital de France Luzerne.

Commentaires