L’UMIH prend son bâton de pèlerin

Pour Patrick Jacquier et Laurent Duc, respectivement président de l’UMIH Côte-d’Or et de l’UMIH France, il s’agit de lutter non pas contre l’économie collaborative mais contre les investisseurs qui ont fait de la location de meublés un commerce. (Droits réservés)

Le président du syndicat professionnel l’UMIH en personne, s’est rendu à Dijon le 27 mai pour réaffirmer un objectif très clair : faire appliquer la loi aux collectivités, sur fond de para-hôtellerie. En France, un hôtel ferme chaque jour et ce, depuis dix ans, à cause de la montée en puissance du commerce de meublés touristiques. Le chiffre avancé par Laurent Duc, président national de l’UMIH lors d’une réunion à Dijon le 27 mai, permet de pointer du doigt une concurrence qualifiée de déloyale par la profession et qui gangrène toute une filière ces dernières années. « On est passé de 25 000 à 18 000 hôtels en France à cause de la location touristique qui est tout sauf de l’hôtellerie », soutient Laurent Duc. Dans le collimateur du président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), qui milite depuis plusieurs années pour une réglementation, les locations de meublés à la nuitée –