Louer ou acheter : un jeu d’enfant

Thibaut et Yann Cauquil. Les deux frères ont imaginé une application qui réinvente la recherche immobilière pour les futurs locataires et acquéreurs.

Fruit d’un projet personnel, la nouvelle application Isimmo, créée par Thibaut et Yann Cauquil, tend à faciliter la recherche immobilière. « Je cherchais à investir mais la recherche s’avérait compliquée avec des alertes qui tombaient alors que le bien immobilier avait déjà reçu de nombreuses visites, etc. J’ai ainsi demandé à mon frère Yann, diplômé en stratégie d’entreprise, devenu expert en développement informatique, de m’aider. Il a ainsi créé un algorithme qui se chargeait de chercher des annonces correspondant à mes besoins. Une semaine plus tard, j’avais trouvé mon bonheur ! On s’est dit qu’on devait creuser l’idée », se souvient Thibaut Cauquil, diplômé de Montpellier Business School, entrepreneur dans l’âme. Après avoir tous deux fait leurs armes au cœur de la French Tech, le confinement conforte les deux frères dans leur projet d’entrepreneuriat, né en septembre dernier. « De nombreux acquéreurs nous ont notamment affirmé qu’ils n’avaient pas assez d’informations sur la date de création de l’annonce, sur l’évolution du prix des biens, etc. Face à ces problématiques, nous avons souhaité apporter de la transparence, sans revente des données utilisateurs. L’application fonctionne comme un moteur de recherche gratuit. L’utilisateur indique les caractéristiques du bien recherché et notre algorithme pioche dans la base des différents portails et envoie des alertes en temps réel », explique-t-il. Juguler ainsi le fléau des alertes immobilières obsolètes, c’est en filigrane l’ambition de l’application, entièrement conçue par Yann Cauquil. Et pas seulement. L’outil dédié à l’achat et depuis peu à la location, qui scanne, pour l’heure, les annonces de 10 grands portails français avec l’objectif de couvrir à terme 95 % du marché, intègre aussi un simulateur de crédit en ligne. L’outil permet une mise en relation avec un courtier partenaire. « En tant qu’apporteurs d’affaires, nous percevons une rémunération si l’acheteur signe un contrat. Pour l’heure, nous collaborons avec plusieurs réseaux de courtiers à Toulouse et Montpellier. Notre tissu de partenaires tend évidemment à s’étoffer selon les villes que nous visons. Les candidats à l’accession ne sont contactés que par un seul courtier, proche de chez eux. » Isimmo vise d’ailleurs des métropoles étudiantes, la Bretagne de plus en plus convoitée mais aussi des zones rurales, un atout face à son concurrent implanté uniquement dans les grandes métropoles françaises. Quid des pays francophones ? « Actuellement, nous souhaitons valider le modèle sur le plan national, un marché qui a beaucoup de potentiel. »

Les entrepreneurs, qui ont de la suite dans les idées, ont poussé le concept plus loin, en intégrant la notion de déménagement responsable. « En France, huit millions de personnes déménagent chaque année, l’occasion de promouvoir des fournisseurs d’énergie verte. Le logement représente 30 % d’émissions de CO2 en France. Nous avons à cœur de faire évoluer les mentalités ». Pour l’heure, ils ont conclu un partenariat avec le fournisseur toulousain, Ilek, une première marche. La plateforme envisage aussi de nouer de nouveaux partenariats avec des banques plus responsables.

Les entrepreneurs, qui espèrent fin juin, être sélectionnés pour un prêt d’honneur Créalia et Initiative Haute-Garonne en vue d’apporter des innovations (améliorer l’organisation des visites, rendre visible les aides en faveur de la rénovation énergétique, etc.), visent 10 000 utilisateurs fin 2021 et 600K € de CA en 2023.

Commentaires