L’insertion professionnelle des jeunes passe par la rigueur

Levée des couleurs au quotidien, un cadre exigeant pour retrouver le chemin de l’emploi.

L’Epide de Langres, l’un des 19 centres de ce type en France, accompagne des jeunes de 18 à 25 ans vers l’emploi et l’entreprise. Levée des couleurs, revue des chambres et tenue identique pour tous : au premier abord, l’Epide de Langres semble avoir conservé le fonctionnement de l’ancienne caserne militaire où il est installé. Pourtant, pas un seul militaire gradé au sein de cet « établissement pour l’insertion dans l’emploi », l’un des 19 en France, placés sous la tutelle des ministères de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités et du Travail. Leur création remonte à 2005, à l’initiative du ministre des armées de l’époque, Michèle Alliot-Marie, ce qui explique l’inspiration militaire du fonctionnement. « Nous accueillons en internat des jeunes de 18 à 25 ans, tous volontaires, pour les accompagner vers l’emploi ou la formation qualifiante », explique