L’incarcération du Pdg de Cevital suscite l’inquiétude dans les Ardennes

Issad Rebrab, patron de Cevital. (Droits réservés)

Le placement en détention provisoire le lundi 22 avril d'Issad Rebrab, première fortune et propriétaire du plus important groupe privé d’Algérie, a semé trouble, stupéfaction et inquiétude dans le Ardennes. Le 7 novembre, le Pdg du groupe Cevital (18 000 collaborateurs, 4 Md€ de chiffre d’affaires) avait profité de la venue d'Emmanuel Macron à Charleville-Mézières pour dévoiler sur le site de PSA, son intention de créer sur place trois unités industrielles liées au traitement de l’eau. Développé par sa filiale EvCon, ce projet d'envergure (250 M€ d'investissements) devait aboutir à la création sur un site de 13 hectares d’une usine high-tech susceptible de déboucher sur la création de 250 emplois pour arriver à terme à 1 000 emplois directs aux Ayvelles. Après quelques retards à l'allumage liés aux obligations administratives et environnementales et au montage du plan financier, le démarrage de la production était acté