Davide CallegarinL’IA en (bonne) santé !

Davide Callegarin

Aujourd’hui intégré au sein du laboratoire de Génétique chromosomique et moléculaire du CHU Dijon Bourgogne, dirigé par le Pr Patrick Callier, le Dr Davide Callegarin et ses compétences dans ce domaine devraient être le support d’avancées majeures pour la médecine de demain et pour le développement de nouvelles technologies au service du patient.

Passionné depuis son plus jeune âge par les ordinateurs et l’informatique, ce médecin italien a décidé de se spécialiser dans l’intelligence artificielle… Une première en France. Le CHU Dijon Bourgogne lui a ainsi créé un poste dans le laboratoire de génétique chromosomique dirigé par le professeur Patrick Callier.

Fraîchement nommé au sein du laboratoire de Génétique chromosomique et moléculaire dirigé par le professeur Patrick Callier, le docteur en médecine Davide Callegarin, italien d’origine, met aujourd’hui son savoir-faire et ses connaissances en informatique au service de la santé. En se spécialisant en Intelligence artificielle (IA), le jeune docteur est le premier médecin dans cette spécialité en France et compte bien mettre ses compétences au service de la médecine de demain, tout en développant de nouvelles technologies au service du patient. « Depuis tout jeune, je me suis intéressé à l’informatique et surtout à la programmation, ce qui m’a amené à passer énormément de temps sur les ordinateurs, lorsque j’étais au lycée », confie Davide Callegarin. Ce dernier décrit d’ailleurs une adolescence studieuse et quelque peu isolée. « J’aimais avoir des cadeaux en lien avec l’informatique et lorsque j’avais de l’argent de poche, au lieu de mettre de côté pour m’acheter une moto ou quelque chose comme ça, je préférais épargner pour acheter un nouvel ordinateur, que j’ai ensuite tendance à traiter comme un enfant », explique- t-il non sans une certaine pointe d’humour. « L’ordinateur, c’est une fenêtre ouverte sur un autre monde que vous pouvez construire comme vous voulez, et grâce aux ordinateurs, vous pouvez vous échapper très facilement. »

L’INGÉNIEUR DEVENU MÉDECIN

Après ses années lycée, Davide Callegarin a choisi de se lancer dans des études d’ingénieur en informatique avant d’intégrer la faculté de médecine de Trieste, en Italie. « C’est le professeur Fabrizio Zanconati qui, alors que je travaillais sur un projet pour lui, m’avait aiguillé sur la santé publique. Il me pensait adapté pour ce domaine puisque nous faisons beaucoup de statistiques. » C’est finalement vers le domaine de la biologie qu’il s’est tourné. « On m’avait proposé de travailler dans une grande structure italienne. Mais en dernière année de médecine, j’ai rencontré celle qui est aujourd’hui ma femme, Ana-Maria. Elle était originaire de Roumanie, elle aimait beaucoup voyager et elle a préféré aller vivre en France. C’est elle qui m’a dit un jour : “promets-moi que tu vas quand même envisager de venir en biologie”. » Aujourd’hui, Davide et Ana Maria Callegarin travaillent au sein de la même plateforme du CHU Dijon Bourgogne. Un retour aux sources pour le médecin spécialiste en intelligence artificielle. « Ma famille avait déjà eu une expérience en France. Mon grand-père était venu travailler en France après la guerre et ma mère est née en France, avant de retourner en Italie dans les années 1990. Elle a toujours insisté pour que je parle en français avec elle parce qu’elle n’arrêtait pas de me dire qu’un jour ça pourra m’être utile de savoir parler français. »

En arrivant en France, Davide Callegarin a dû tout recommencer de zéro. « Dès que je voyais l’opportunité de faire des petits projets en informatique, je sautais sur l’occasion. Ce qui m’a permis de me faire remarquer. C’est finalement le doyen de la faculté des sciences de santé de l’université de Bourgogne, le professeur Marc Meynadié, qui m’a conseillé d’aller voir en cytogénétique avec le professeur Callier », explique-t-il. Après avoir repris ses études, c’est au cours de son master en bio-informatique à l’université Claude Bernard – Lyon 1, qu’il a effectué un stage de six mois dans le laboratoire dijonnais consacré à la connaissance et à l’intelligence artificielle (CIAD), dirigé par le Pr Christophe Nicolle. Il a ensuite effectué son internat de biologie médicale au sein de la Plateforme de biologie hospitalo-universitaire (PBHU) du CHU Dijon Bourgogne, avant de valider sa thèse en intelligence artificielle en santé. « Le professeur Callier a très rapidement cru à l’apport de l’IA dans l’informatique dans ce domaine et dans la médecine en général », observe Davide Callegarin. « Durant son internat, il est passé dans différents services du PBHU et à chaque fois, il a développé de la bio-informatique », explique le professeur Callier. « Pour l’anecdote, quand il est arrivé dans mon service, je travaillais beaucoup avec des fichiers Excel et je lui ai fait remarquer que je passais beaucoup de temps dessus. Il a voulu me faire un programme et en un temps-record il m’a concocté un outil où je n’avais plus qu’à appuyer sur un bouton et ce que je mettais une journée à faire était fait en dix minutes. »

L’USAGE DE L’IA DANS LE DIAGNOSTIC

« Aujourd’hui, on essaie de convaincre les autres services du CHU Dijon Bourgogne de l’utilité de l’IA dans le processus diagnostic. Ce sont des technologies qui peuvent en effet aider sans pour autant remplacer les professionnels de santé bien sûr. L’IA viendra améliorer le diagnostic et en réduire son temps », complète Davide Callegarin. De la chirurgie à la radiologie, l’intelligence artificielle pourrait avoir un réel rôle à jouer, en complément des professionnels de santé. « Les premiers projets mis en place montrent des résultats très intéressants », confirme le professeur Patrick Callier. « Nous sommes de plus en plus convaincus de l’utilisation de ces technologies dans le monde médical en général », complète le docteur Davide Callegarin. Pour le directeur du laboratoire de Génétique chromosomique et moléculaire, « l’intérêt sera d’automatiser les tâches de routine pour permettre aux professionnels de santé de se concentrer sur tout ce qui est à forte valeur ajoutée ».

En recrutant Davide Callegarin, le CHU Dijon Bourgogne se donne aujourd’hui toutes les compétences pour pouvoir avancer sur la médecine de demain et développer ces nouvelles technologies, en lien avec la santé. En effet, le docteur Callegarin sera à même de créer le système d’intelligence artificielle et d’en maîtriser son apprentissage et aussi sa maintenance. Il a notamment déjà réalisé un premier automate qui permet de lire et d’analyser des résultats d’analyse en hématologie, pour un des services de la plateforme de biologie hospitalo-universitaire de l’établissement dijonnais. « Nous développons beaucoup de logiciels qui, grâce à des méthodes d’apprentissage automatique comme le deep learning et le machine learning, nous permettent d’analyser une importante quantité de données stockées sur des clouds pour ensuite en extraire un résultat », détaille-t-il. « Davide est aujourd’hui assistant spécialiste en intelligence artificielle et nous avons pour objectif de le faire passer praticien hospitalier dans le service, pour ensuite créer une unité IA Santé dans le sein du CHU pour pouvoir répondre aux différents professionnels de santé sur la robotique et l’imagerie,mais aussi la chirurgie, et bien sûr la génétique et l’anatomopathologie », confie Patrick Callier.

Parcours

1987 Naissance, le 16 septembre à Motta di Livenza, en Italie.
1998 Il acquiert son tout premier ordinateur.
2001 Il s’intéresse à la programmation avec un ami de lycée et acquiert son premier logiciel pour pouvoir créer des logiciels.
2015 Après un stage dans le laboratoire dijonnais CIAD dirigé par le Pr Christophe Nicolle, Davide Callegarin a effectué son internat de biologie médicale au sein de la Plateforme de biologie hospitalo-universitaire du CHU Dijon Bourgogne.
2017 Il intègre le laboratoire de Génétique chromosomique et moléculaire et valide sa thèse en octobre 2019.
2019 Il est nommé, le 1er novembre, en tant que médecin - assistant spécialiste en Intelligence artificielle.
Commentaires