L’expertise, terreau de la compétitivité

Grâce à la technologie RFID, Geficca, spécialiste de la fabrication de caoutchouc depuis 1981, entame un virage technologique pour devenir une vitrine de l’excellence française.

À tout juste quarante ans, l’entreprise Geficca qui compte 250 salariés dont 85 à Cosne-sur-Loire (et 165 sur le site de la Soma en Tunisie), dirigée depuis 2013 par Dominique Froux, ex-directrice commerciale depuis 1990, opère un glissement technologique majeur. Spécialisée dans la fabrication de matériaux en caoutchouc naturel ou synthétique, la PME réalise aujourd’hui dix millions d’euros de chiffre d’affaires (+23 % en huit ans) et doit cette envolée à son expertise du caoutchouc connecté.

Un développement rendu possible par une hausse de l’investissement de 54 % en huit ans et qui lui permet d’exporter aujourd’hui 45 % de sa production dans 20 pays, et de développer un autre modèle économique. « Nous avons aujourd’hui plus de 700 références spécifiques, conçues uniquement à partir de cahiers des charges, explique Dominique Froux, et qui prennent en compte l’éco-conception : penser la capacité de recyclage du produit dès sa conception ». En investissant deux millions d’euro, dont la moitié bénéficiant du soutien du Plan de relance de l’État, Geficca peut aujourd’hui développer l’une de ses technologies majeures : le caoutchouc connecté grâce à la RFID (radio-identification). S’il faut rendre à Michelin ce qui est à Michelin, concepteur de la technologie, l’entreprise cosnoise, qui fabrique depuis longtemps déjà les pneus anti-crevaison pour le compte de la marque au célèbre Bibendum, a consacré sept ans de recherche (près de 7.500 heures) et entre 500.000 et un million d’euros par an en R&D pour répondre aux exigences techniques de la matière connectée : viscosité, résistance à la pression, à la chaleur ou capacité de transmission des informations des puces passives (contenant des informations) ou actives (capables de recevoir et de renvoyer ces informations en temps réel). « Selon les usages, cette connaissance est primordiale, explique Sébastien Martin, directeur commercial. Si la RFID peut contenir des informations sur la pression d’un pneu ou sur sa traçabilité par exemple, elle peut aussi contenir des informations ultra-confidentielles capables d’identifier ou localiser un appareil. Nous devons donc nous assurer que les informations ne peuvent être récupérées que par ceux à qui elles sont destinées ».

Le principe semble assez simple : une puce électronique, un lecteur (développé par Geficca) et la capacité de surveiller ou d’intervenir à distance sur des objets basiques, comme les pneus d’engins du BTP par exemple, ou des éléments complexes, comme la dilatation de pièces sur des éléments essentiels. Parmi son activité, 20 % est destinée à la défense. On imagine donc les enjeux majeurs de la technologie.

Pour Dominique Froux : « L’avenir des PME réside dans l’innovation. Sur le marché automobile (40 % de l’activité de Geficca), il est aujourd’hui impossible de produire pour le marché français face à la concurrence venue d’Inde, d’Asie ou d’Europe de l’Est. Nous devons donc miser sur la technologie. » Et il suffit de visiter les ateliers de production pour comprendre que le challenge porte ses fruits. Parmi les grands succès de Sébastien Martin : avoir raflé à la barbe des Chinois la fabrication de tapis pour une marque internationale d’engins de BTP. « Nous avons été capables de colorer le caoutchouc et donc de proposer un produit un peu plus cher mais à forte valeur ajoutée pour l’image de la marque en lui permettant de proposer une option supplémentaire à ses clients ».

L’industrie française a donc de quoi se tailler une place sur les marchés internationaux. « Il faut grandir, être plus compétitif, penser l’industrie du futur », confie Dominique Froux. Et Sébastien Martin de conclure : « Nous maîtrisons la fabrication du caoutchouc depuis 40 ans. Nous avons passé sept ans à étudier, adapter, concevoir le caoutchouc. Aujourd’hui nous entamons une véritable transition technologique qui nous conduit de la fabrication simple à l’offre de services complémentaires uniques pour nos clients. »

Dominique Froux directrice et Sébastien Martin, directeur commercial de Geffica.

Commentaires