Les robes noires en colère

Manuel Furet

Le bâtonnier Manuel Furet, lors d’une manifestation contre la réforme des retraites à Toulouse.

Les avocats se battent pour conserver leur retraite. La réforme des retraites agite les robes noires depuis quelques semaines qui craignent la disparition de leur régime autonome, ce qui engendrait, selon les professionnels, des conséquences pour l’accès des justiciables à la justice. À l’issue de la table ronde organisée le lundi 13 janvier à la Chancellerie entre des représentants des avocats et les membres du gouvernement, la garde des Sceaux, Nicole Belloubet et le secrétaire d’État chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, la grogne ne faiblit pas. En réponse aux revendications des gens de robe, le gouvernement a pourtant indiqué dans un courrier que « les avocats continueront à bénéficier dans le cadre du régime universel des retraites, d’une caisse propre à leur profession ». Un discours qui ne convainc pas : « Nos revendications n’ont pas été entendues, confirme Manuel Furet, bâtonnier de l’Ordre des avocats