Les parcs naturels régionaux lancent un appel à projets

Philippe Pichery et Michaël Weber à la maison du Parc de la Forêt d’Orient.

Portée par l’engouement pour la nature et la proximité, la fédération nationale s’appuie sur l’incubateur aubois Slow Tourisme Lab.

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à découvrir les atouts des parcs naturels régionaux, partout en France.

« C’est un effet inattendu de la crise sanitaire qui incite à se tourner davantage vers la proximité et la nature », fait remarquer Michaël Weber, président de la fédération nationale des parcs naturels régionaux. Celle-ci entend bien continuer sur cette lancée pour fidéliser ce nouveau public et amplifier même le mouvement en structurant l’offre autour de la destination parc. « Nous avons déjà une quinzaine de parcs, sur 56, qui se sont engagés dans cette démarche de structuration », souligne-t-il. Pour concrétiser cette nouvelle offre touristique dans les parcs naturels français et la rendre accessible au public, la fédération lance un appel à projets afin de trouver un porteur de projet, un entrepreneur ou un collectif pour développer et commercialiser de nouvelles offres touristiques « Destination Parcs » autour de valeurs telles que utopies rurales par exemple. Il s’agit de promouvoir un autre tourisme sur des territoires qui conjuguent protection de la nature et du patrimoine mais aussi activités économiques et de loisirs. Les porteurs de projets ont jusqu’au 19 février pour déposer un dossier directement sur www.parcs-naturels-regionaux.fr, le site de la fédération. Dans le cadre de cette démarche, la fédération s’est appuyée sur le savoir-faire aubois en matière de promotion touristique, et en particulier de « slow tourisme », nouvelle forme de tourisme durable de plus en plus prisée.

L’IMAGINATION AU POUVOIR

Une convention de partenariat a d’ailleurs été signée entre la fédération des parcs naturels régionaux et l’incubateur aubois Slow Tourisme Lab. Soutenu notamment par le comité départemental de tourisme de l’Aube, la Technopole, le groupe Yschools, le Slow Tourisme Lab accompagne déjà plus d’une vingtaine de projets innovants.

Dans le cadre de ce partenariat, le candidat retenu par le jury sera accompagné pendant deux ans par l’incubateur du Slow Tourisme Lab pour finaliser son projet et le développer. Les porteurs de projets sont vivement incités à faire preuve d’imagination. « Il faut savoir imaginer la rupture avec le passé pour innover efficacement », rappelle Francis Bécard, directeur de la Technopole de l’Aube et du groupe Yschools. Pour permettre une expression la plus large possible, les barrières ont été levées puisque peuvent candidater des porteurs d’idées, de projet d’entreprise, voire des entreprises existantes. « L’avenir appartient à ceux qui doivent innover et se remettre en question », note Philippe Pichery, président du conseil département de l’Aube mais aussi du parc naturel régional de la Forêt d’Orient.

C’est d’ailleurs à la maison du Parc, à Piney, que la signature du partenariat a eu lieu. Un bâtiment emblématique, niché au cœur de la forêt, qui sera prochainement agrandi et rénové. « Il ne faut pas oublier qu’à la base, les parcs naturels régionaux sont également des territoires d’expérimentation où l’innovation a toute sa place », précise le président de la fédération.

Commentaires