Les énergies renouvelables se font une place au soleil

L’impressionnante ferme photovoltaique mise en service cette année sur l’ancienne base de l’Otan.

Si l’industrie tire son épingle du jeu, il en est de même pour le secteur des énergies vertes.

Bien sûr, les éoliennes font partie du paysage aubois depuis quelques années déjà. Mais le département s’est trouvé une vocation de producteur d’énergie renouvelable à partir d’autres sources que le vent. Preuve en est l’ouverture d’une des plus importantes fermes solaires de la partie nord de la France, sur le site de l’aérodrome de Brienne-le-Château.

NOUVEAUX MODÈLES ÉCONOMIQUES

Plus de 40 000 panneaux concentrés sur un site de 42 hectares de l’ancienne base de l’Otan vont y produire 22 000 MWh par an, soit l’équivalent de la consommation électrique, hors chauffage, d’une ville comme Troyes. Devenus plus performants, mais aussi équipés de manière à suivre automatiquement la course du soleil, les panneaux photovoltaïques trouvent leur intérêt même dans des départements réputés moins ensoleillés que le sud de la France. L’année qui s’achève a également vu la mise en service d’un méthaniseur industriel par la coopérative agricole Scara, Biogaz d’Arcis. Le méthaniseur produit du biogaz qui est ensuite injecté sur le réseau GRDF, pour un volume annuel équivalent à la consommation de chauffage de 12 000 logements, en valorisant des sous-produits agricoles.

Au passage, ce parfait exemple d’économie circulaire permet de générer 33 000 tonnes de fertilisants organiques pour les agriculteurs locaux. Au total l’Aube compte six méthaniseurs avec injection de biométhane et une dizaine de projets supplémentaires sont dans les cartons.

À Gyé-sur-Seine, Carbonex a mis au point un procédé très innovant qui lui permet de produire de l’électricité au cours du process de fabrication de charbon de bois. En produisant du charbon de bois éco-responsable, la PME auboise génère l’équivalent de la consommation annuelle de 10 000 foyers. Un nouveau modèle économique qui marche fort, la moitié du chiffre d’affaires étant assurée par les ventes de charbon de bois pour barbecues et l’autre par celles de l’électricité à EDF. Le site de Gyé a été agrandi cette année pour faire face au développement de l’entreprise.

Commentaires