Les coiffeurs veulent les mêmes règles pour tous

(Droits réservés)

Président de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure Marne-Ardennes, Michel Boulant a déposé plainte contre l’exercice illégal de la profession. Les 450 établissements de coiffure de la Marne et les quelque 200 coiffeurs à domicile constatent une progression d’une concurrence qu’ils jugent déloyale par des salons qui ne respectent pas les obligations légales. Président de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure Marne-Ardennes (et également de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Marne), Michel Boulant explique les raisons du mécontentement de la profession. Michel Boulant, pourquoi dénoncez-vous des salons hors-la-loi ? « Il y a de plus en plus de salons discount, mais je ne me positionne pas sur l’aspect économique : c’est avant tout un problème réglementaire. Notre profession est régie par la loi, il faut avoir du personnel qualifié (présence d’un titulaire du brevet