Les buralistes deviennent des commerçants de proximité

Comme bon nombre de ses confrères, Pascal Brie a déjà bien engagé la diversification des activités dans son point de vente (ici devant une borne du compte bancaire Nickel). (Photo : Laurent Locurcio)

Un fonds de transformation et des aides doivent permettre à la profession de faire face à la baisse continue de la vente de tabac en créant de nouvelles activités. Passer du métier de buraliste à celui de nouveau commerçant de proximité est l’objectif d’un fonds de transformation de 20 millions par an, courant jusqu’en 2021, financé par les pouvoirs publics. « Nous sommes des préposés de l’Administration puisque nous vendons du tabac pour le compte de l’Etat », rappelle Pascal Brie. Président des buralistes de l’Aube, il n’a pu que constater la baisse continue des recettes de vente de tabac au fil des ans. Moins de fumeurs, certes, mais aussi une hausse spéculaire du marché « parallèle » - et illégal – estimé à 25 % de la consommation. « Et ce n’est pas fini avec la hausse programmée du paquet de tabac jusqu’en 2021 », fait remarquer ce buraliste installé dans l’agglomération troyenne, à