L’énergie verte se met en SEM

La SEML « EnR » vise au développement massif de projets de production d’énergie renouvelables dans les Ardennes.

Plus de cinq millions d’euros seront injectés dès 2021 afin d’investir dans plusieurs projets d’énergie verte.

En accord avec le groupe technique transition énergétique, piloté par la sous-préfète de Rethel, Ardennes Développement a été missionné pour encadrer une étude visant à mettre en place un outil de financement et de soutien aux projets « EnR » dans les Ardennes. Tous les partenaires de la future société d’économie mixte ardennaise « Energies Renouvelables » se sont déjà réunis deux fois.

Il y avait là : le Conseil régional Grand est, le Conseil départemental, les sept intercommunalités territoriales, la CCI, Ardennes Développement mais aussi la banque des Territoires, la Caisse d’Epargne Grand Est Europe et COVEA qui regroupe MAAF, MMA et GMF.

Ces différents acteurs ont commencé à réfléchir aux opérations d’énergie renouvelable (méthanisation, photovoltaïque, éolien, etc.) dans lesquelles ils pourraient être amenés à investir en fonds propres ou quasi fonds propres sur le territoire. L’idée étant de favoriser l’émergence et la réalisation de projets en intervenant en tant qu’investisseurs, aux côtés des porteurs de projets, et en définissant avec eux les modalités de sortie. L’outil ainsi constitué pouvant se retirer progressivement, voire rester si besoin. Accompagnée de cabinets spécialisés et en lien étroit avec la gouvernance du pacte, l’agence économique Ardennes Développement a déjà lancé des études aussi bien pour la mise en place de la structure de financement que pour élaborer des propositions d’investissement dans les projets « EnR » du territoire.

La Société d’économie mixte locale, forme juridique la plus adaptée, aura donc une triple mission :

• Le développement et le portage de projets de production d’énergies renouvelables.

• L’acquisition et la cession d’ouvrages de production d’énergies renouvelables.

• La prise de participation au capital de toutes sociétés ayant pour objet le développement, le portage ou l’exploitation de projets de production d’énergies renouvelables.

Dans cette perspective, la région Grand Est qui a pour objectif de multiplier par 15 la puissance photovoltaïque d’ici 2050 en installant 180 MW de panneaux solaires pendant 30 ans a d’ores et déjà choisi d’investir à hauteur de 1,7 millions d’euros dans la SEML.

UNE CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE AU SOL À REGNIOWEZ

Le développement durable et la transition écologique étant inscrits dans les objectifs et missions stratégiques du réseau consulaire, la CCI des Ardennes, lors de sa dernière assemblée générale, a pour sa part décidé de participer à hauteur de 250 000€, soit 5% du capital envisagé.

Plus de cinq millions d’euros devaient ainsi être réunis et injectés dès 2021 afin d’investir dans plusieurs projets. De prochaines assemblées sont d’ores et déjà programmées sur le sujet pour évoquer la création d’une unité de production d’hydroélectricité ainsi que de deux parcs photovoltaïques au sol.

On sait déjà que dans le cadre de l’action « Développer l’énergie solaire » du Pacte Ardennes, le conseil départemental souhaite la mise en œuvre d’une centrale photovoltaïque au sol sur le site de l’ancienne base de l’OTAN à Regniowez, propriété de la collectivité et désaffectée en 1967.

Un projet pour lequel le CD 08 a d’ailleurs lancé un appel d’offre public européen le 24 octobre 2020 pour trouver l’entreprise jugée la plus apte.

Commentaires