Le SGV défend la régulation du vignoble de la Champagne

Maxime Toubard, président du SGV, s’est montré inquiet pour la régulation des plantations.

Élargir la clientèle du champagne, grandir en volume comme en valeur, promouvoir une production durable, sans pesticide chimique et préserver la régulation des plantations, le Syndicat Général des Vignerons fixe son calendrier, pour 2019 et au-delà. En prélude à l’assemblée annuelle du Syndicat Général des Vignerons, Maxime Toubart a survolé 2018 : la vendange exceptionnelle, la campagne de communication pour sortir le Champagne de son image restreinte de vin de fête, le nouvel accord interprofessionnel pour les cinq années à venir... Le Président du SGV a aussi esquissé le fondement des actions à venir dans une économie qui lui fait dire que la survie du vignoble appelle des adaptations urgentes aux marchés. « La commercialisation du Champagne ne peut plus être réfléchie de la même manière. Les changements sont structurels et non conjoncturels : nos marchés, nos consommateurs, notre offre et notre concurrence ont évolué ». L’enjeu est