Le retour des colis en toute légèreté

Martin Fuster et Louis Demeslay. Le duo a développé, courant 2020, la solution Neats, qui réduit les coûts des retours pour les e-commerçants.

Retourner un achat en ligne peut parfois être un casse-tête pour le consommateur et représente des frais supplémentaires pour l’e-commerçant. Ainsi, la start-up Neats a développé une solution, plus commode pour les consommateurs et qui permet de baisser les frais de logistique. « En France, 30 % des articles de mode sont retournés, soit un vêtement sur trois. Si ces retours sont en général gratuits pour les clients, ce n’est pas le cas pour les sites d’e-commerce, car ils représentent un coût économique et écologique. Ainsi, nous proposons de diminuer les coûts pour les professionnels et de faciliter la tâche aux consommateurs », explique Martin Fuster, CEO, ancien commercial qui a co-fondé avec Louis Demeslay au profil tech, la start-up Neats courant 2020, au moment où la pandémie contraignait ainsi les commerçants à accélérer leur transition numérique, nombre de sites e-commerce doublant sur la toile.

Une idée qui germait cependant depuis quelque temps dans l’esprit de ses deux amis d’enfance, qui à l’origine, souhaitaient proposer un modèle de click and collect directement en points relais, avant de se raviser.

Quid du fonctionnement ? La start-up se charge de trier et d’envoyer les retours. « Le client mécontent démarre une procédure de retour sur son site d’achat, génère un QR code et ramène l’article à un point de collecte* partenaire sans avoir besoin d’imprimer une étiquette ou de le réemballer. De là, nous faisons le tri et nous réexpédions plusieurs retours aux commerçants en une seule fois », précise l’entrepreneur de 25 ans. Initialement imaginé pour les articles de mode, le duo n’exclut pas d’étendre sa solution à l’électroménager. Mais chi va piano va sano.

Pour l’heure, la start-up incubée chez Nubbo à Toulouse, en vue de tester son business model, planche sur d’éventuels partenariats. « Nous espérons convaincre entre 500 et 700 points de collecte sur l’ensemble du territoire national dès 2021 et une dizaine d’e-commerçants. L’idéal serait de collaborer avec une franchise, pour pouvoir rayonner sur toute la France », précise-t-il. Avant de commercialiser leurs solution, les cofondateurs sont en passe de nouer un contrat avec un Early adopter, adepte aussi des achats en ligne qui pourrait tester le fonctionnement de la solution et améliorer le processus.

Ne se frottant actuellement à aucune concurrence, les deux jeunes entrepreneurs espèrent ainsi se lancer sur un marché de niche et recruter en 2021 des profils technologiques et commerciaux.

* Pour devenir point de collecte : www.neats-returns.com

Commentaires