Le réseau des buralistes en pleine mutation

La signature de la convention à Toulouse a réuni Sophie Lejeune, secrétaire générale de la Confédération des Buralistes, Gérard Vidal, président de la fédération Midi-Pyrénées et de la Chambre syndicale de Haute-Garonne, Michel Lacroix, président de la commission commerce et services à la personne de la CCI Toulouse Haute-Garonne et Philippe Coy, président national de la Confédération des Buralistes. (Droits réservés)

Les buralistes se sont engagés dans un plan de transformation à grande échelle dont l’objectif est de passer du débitant de tabac à une nouvelle forme de commerce de proximité répondant aux multiples besoins locaux. À Toulouse, une convention vient d’être signée entre la CCI et la Confédération pour faciliter cette transition. Avec la baisse des ventes de tabac et la désertification des centres-villes, le nombre de buralistes chute depuis plusieurs années dans l’Hexagone. Ils étaient près de 33 000 en 2002 contre 24 300 à fin mars 2019. Avec la hausse annoncée du prix du paquet de tabac à 10 € pour 2020, les buralistes craignent une nouvelle baisse des effectifs. Pour endiguer le mouvement, la profession cherche de nouveaux débouchés. C’est l’enjeu du Protocole d’accord sur la transformation du réseau des buralistes signé par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics et Philippe Coy, président