Le recrutement des vendangeurs évolue

Les vendangeurs employés par les sociétés de prestation de services sont soumis au droit du travail français et ne peuvent être considérés comme des travailleurs détachés. (Photo : G.P.)

L’embauche directe tend à se raréfier dans les vignes champenoises. Les viticulteurs lui préfèrent de plus en plus le recours aux sociétés de prestations de services. Ces dernières années, le profil du vendangeur s'est fortement modifié. Là où dans les vignes, des générations d’une même famille vendangeaient le domaine viticole à proximité de leur ville ou village, de nouveaux travailleurs sont venus renforcer les rangs de ceux que nomme Sébastien Rigobert, à la tête de la société de prestation viticole G2V, « les courageux ». Aujourd’hui, on compte moins de salariés saisonniers en provenance du bassin d’emploi local et des régions limitrophes, comme traditionnellement les Hauts-de-France, mais plus de personnes arrivant principalement des pays de l’Est, Pologne, Roumanie, Bulgarie. À cela, plusieurs explications : en premier lieu, le manque de « main d’œuvre » locale. « Chaque année, nous publions des offres