Le groupement de pharmaciens Giphar choisit Dijon métropole

Giphar implante à Longvic une nouvelle plateforme logistique de distribution de produits pharmaceutiques pour mieux servir officines et patients du quart nord-est de la France.

Après les territoires de l’Oise, de l’Hérault et du Maine et Loire, quelques “trous dans la raquette” restaient à combler pour parfaire la stratégie de couverture nationale du groupement de pharmaciens indépendants Giphar en matière d’implantation de plateformes logistiques de distribution de produits pharmaceutiques. Pour son quatrième centre logistique Giphar, première enseigne de pharmacie française avec 1.350 officines sur le territoire et un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros, a choisi la métropole dijonnaise pour rayonner efficacement sur tout le quart nord-est de la France où le groupement compte 300 officines adhérentes, de Strasbourg à Valence. « Nous sommes le seul réseau à allier l’indépendance de la coopérative et la force d’un grossiste répartiteur en propre. Nous sommes également dépositaire et centrale d’achats. Nous avons choisi d’intégrer notre logistique il y a 20 ans en commençant par le nord, aujourd’hui il nous reste à couvrir le quart nord-est – ce qui sera chose faîte en janvier 2023 avec l’ouverture de notre nouvelle structure à Longvic au sein de la zone d’activité de Beauregard – et l’Aquitaine, que l’on devrait doter d’une cinquième et dernière plateforme dans les trois ans suivant la mise en place de celle de Bourgogne », développe Philippe Becht, président du directoire du groupe Giphar. C’est ainsi une plateforme logistique de 10.000 mètres carrés qui doit voir le jour d’ici deux ans après un premier coup de pelleteuses en juillet de cette année. Elle pourra s’étendre à moyen terme sur un terrain de 40.000 mètres carrés.

UN TRAVAIL DE CONCERT SALUÉ

Giphar conduit ce projet en partenariat avec l’État, la région, Dijon métropole, la ville de Dijon et Pôle emploi. « Un projet d’envergure et un évènement d’importance pour la métropole, résultat d’un engagement politique fort dans l’animation d’un écosystème santé performant à l’ancrage historique et dans l’aménagement de nouvelles zones d’activité telles que Beauregard pour accueillir entreprises et salariés. Une zone qui démontre déjà tout son dynamisme avec 60 hectares commercialisés actuellement sur les 80 disponibles et la signature de grands groupes comme Savoye, Ciblex Eurotranspharma, Oogarden…, défend François Rebsamen, président de Dijon Métropole et maire de la ville. Je souhaite également saluer le travail des équipes qui, en un temps record – moins de quatre mois – et malgré un contexte économique et sanitaire des plus complexes, ont rendu possible cette implantation qui va permettre la création de 70 emplois dès l’ouverture et plus d’une centaines en phase opérationnelle avec la création d’une trentaine d’emplois supplémentaires liés à la sous-traitance en matière de transport ». Ce projet représente un investissement supérieur à 12 millions d’euros pour la coopérative Giphar née en 1968 et qui affiche une croissance de 10 à 15 % par an. La nouvelle structure accueillera l’équivalent d’une vingtaine de millions de stock de médicaments avec des lignes de commande d’environ 30.000 boîtes préparées par jour. Le site aura en charge la livraison de 300 pharmaciens dont la majorité en service premium, qui permet de commander un médicament jusqu’à 20 heures le soir pour être livré dans la nuit en officine. « L’arrivée de la coopérative Giphar confirme une fois de plus l’attractivité de notre région. En concurrence avec d’autres territoires, c’est la situation géographique, le dynamisme des filières santé et logistique sur le territoire, ainsi que les emplois qualifiés disponibles sur la métropole dijonnaise qui ont permis collectivement d’assurer cette implantation stratégique », ajoute Marie-Guite Dufay, président de la région. Une coordination de tous les acteurs saluée par Fabien Sudry, préfet de région et de la Côte-d’Or arguant qu’en « période de crise la division est un luxe que l’on ne peut pas se permettre ». Il s’est également réjoui de la première place occupée par la Bourgogne Franche-Comté dans la mise en place du plan de relance gouvernemental, au regard du nombre d’enveloppes déjà accordées aux entreprises locales pour les aider dans leur investissement. « Pour accompagner l’arrivée de Giphar, nous avons mobilisé une aide exceptionnelle de 800.000 euros à travers le Fonds de relocalisation et de transition vers une économie décarbonée (FRTED) inscrit dans le plan de relance. Cet investissement régional doit permettre de sécuriser l’approvisionnement des 300 officines de l’enseigne Giphar sur notre territoire », détaille la président de région.

Commentaires