Le Grand Est signe avec la Caisse des Dépôts et la Banque des Territoires une convention transition écologique et biodiversité

Marc Abadie, Président de CDC Biodiversité, Jean Rottner, Président du Grand Est,Valérie Siegler, Directrice générale Wattwiller, Patrick François, Directeur général Grand Est de la Banque des Territoires.

Compétence transversale des politiques du Budget vert 2021, la transition écologique est au cœur du plan de Relance du Grand Est. La convention récemment signée avec la Banque des Territoires et CDC Biodiversité rappelle l’ambition affichée : devenir un modèle européen de la biodiversité.

La Région Grand Est, la Banque des Territoires et la CDC Biodiversité viennent de signer une convention portant sur le développement de l’agroécologie et de la biodiversité dans le Grand Est. Cette convention vise les expérimentations dans les pratiques agricoles, la production durable, le déploiement d’actions de restauration de la biodiversité en ville, la réduction de l’artificialisation des sols et la promotion de l’écotourisme.

Les projets soutenus dans le cadre de cette convention portent sur neuf enjeux : la mobilisation des entreprises, la promotion de la biodiversité en milieu urbain, l’aménagement raisonné, la préservation des zones humides, le développement de l’agroécologie, la promotion du tourisme durable, l’évaluation de biodiversité des entreprises, l’affirmation du budget vert de la Région et l’organisation d’une compensation écologique.

MOBILISER LES ENTREPRISES ET LES COLLECTIVITÉS LOCALES

Dans le cadre de cette convention la Région lance un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) destiné aux entreprises désireuses de devenir acteurs de la biodiversité. Candidates, les PME et les TPE du Grand Est peuvent solliciter une aide financière pouvant aller jusqu’à 65% du coût de l’investissement envisagé. L’AMI cite quelques exemples de travaux éligibles : la désimperméabilisation des parkings l’infiltration des eaux pluviales, la prévention et la réduction des déchets, l’approvisionnement en produits locaux, la création de potagers, la sensibilisation des salariés … Le Programme Nature 2050 de CDC Biodiversité est en ce sens à la disposition des entreprises candidates.

Afin de favoriser l’attractivité des territoires urbains, les signataires de cette convention entendent accompagner des actions de promotion de la nature en ville : biodiversité dans les projets de construction et de rénovation des bâtiments, reconversion des friches urbaines, aménagements d’espaces verts, création de vergers ou de zones de maraîchage… Il s’agit de réfléchir à un aménagement du territoire dans un souci de durabilité, de qualité de vie et de bien-être des habitants. La Région met ainsi en œuvre des dispositifs intégrant l’objectif Zéro Artificialisation Nette (ZAN), que ce soit dans la gestion des services publics, des règles d’urbanisme, des politiques sectorielles, de la gestion des espaces verts ou de la structuration du tissu économique local.

À l’occasion de la signature de cette convention, le Grand Est rappelle l’engagement de la Région tel qu’il figure dans le SRADDET, le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires, approuvé en Novembre 2019 : réduire de manière significative la consommation de foncier naturel, agricole et forestier, soit -50% d’ici à 2030 et -75% d’ici à 2050.

DE L’AGROÉCOLOGIE AU TOURISME DURABLE

Parmi les actions prévues en matière de promotion de l’agroécologie, la convention évoque l’approvisionnement des cantines scolaires en produits durables et de qualité, issus des circuits locaux de production, la mise en place de processus alternatifs de production durable ou encore l’aide à la structuration de filières, comme par exemple celle des matériaux biosourcés.

Dans l’attente d’une sortie de crise, les professionnels du tourisme peuvent s’appuyer sur des actions régionales en faveur du tourisme fluvial, des véloroutes vertes, des lacs, du tourisme de découverte économique. La Région se propose de soutenir les évènements touristiques vertueux du point de vue environnemental.

Le Grand Est est la première Région à mesurer l’impact environnemental de ses politiques, en témoigne le budget vert de la collectivité, voté pour 2021, qui se dote d’un outil capable d’évaluer les dépenses favorables ou défavorables à la transition énergétique et écologique. En ce sens, la Région pourra bénéficier de l’aide méthodologique de CDC Biodiversité.

Déjà reconnue comme l’une des Régions les plus actives de France en termes de protection de la biodiversité, le Grand Est dispose d’une Stratégie Biodiversité 2020-2027 : protéger la faune et la flore du changement climatique, des pollutions, de l’extension urbanistique, de l’évolution des pratiques agricoles ou de l’exploitation des ressources humaines.

Commentaires