Le Covid, accélérateur de transformation du secteur automobile

Dès le mois d’avril, les professionnels de l’automobile ont mis en place des protocoles sanitaires très stricts pour continuer leurs services.

Comme beaucoup d’autres secteurs, celui de l’automobile n’a pas échappé à la crise induite par la période de confinement. Toutefois, pour répondre aux enjeux de cette filière représentant un des premiers secteurs de l’économie française, l’État a présentéle 26 mai dernier, un plan ambitieux de soutien. Le bilan est sans appel : sur la période s’étalant du 15 mars au 30 avril, l’activité générale des professionnels de l’automobile a chuté de plus de 80%, venant mettre un coup d’arrêt brutal à une tendance qui se révélait positive depuis plusieurs années maintenant, avec pour 2019, 2,2 millions de véhicules neufs mis sur le marché. « Il y a eu plusieurs phases dans l’arrêt d’activité », livre Étienne Copinet, directeur pôle Champagne-Ardenne Citroën & DS Reims. « Tout d’abord, ce sont les espaces commerciaux de showrooms qui ont fermé, mais en gardant un lien avec les clients