Le Coronavirus met à l’épreuve la sécurité du travail à distance

Samy Reguieg, directeur France Acronis

Alors que les autorités du monde entier s’efforcent de contenir le coronavirus et tentent d’empêcher sa propagation, les restrictions de voyages mises en place obligent de nombreuses organisations à repenser leurs opérations. Plutôt que de se rendre dans une région où leurs vols retour risquent d’être annulés, beaucoup se tournent vers la vidéoconférence, la synchronisation ou le partage de fichiers et d’autres solutions de travail à distance pour maintenir leurs activités. En Chine, où le virus s’est déclaré et où les politiques de travail à distance sont historiquement rares, l’outil de collaboration à distance Zoom a pourtant enregistré une augmentation de 15 % des téléchargements en une journée. Le travail à distance peut certainement bénéficier à une entreprise, encourageant plus de collaboration et de partage des connaissances. C’est pourquoi son adoption a considérablement augmenté au cours des dernières années. Le marché mondial de la synchronisation et du partage de fichiers d’entreprise (EFSS) devrait atteindre 24,4 Mds$ d’ici 2027, contre 3,4 Mds$ en 2018.

En revanche, une méconnaissance de ces outils peut mettre les entreprises en danger si elles ne prennent pas en compte la sécurité et la confidentialité des données. Pour réussir cette mise en place dans un contexte inédit, les entreprises doivent mettre en œuvre des technologies de synchronisation et de partage de fichiers sécurisés afin que les employés puissent travailler à domicile tout en étant en mesure d’accéder aux données et de les transférer de manière sécurisée.

QU’EST-CE QUE LA SYNCHRONISATION ET LE PARTAGE DE FICHIERS ?

La technologie de synchronisation et de partage de fichiers est conçue en tenant compte du paysage professionnel moderne ; un paysage où la main-d’œuvre dépend de plusieurs appareils et de la flexibilité de l’emplacement afin de maximiser la productivité. La synchronisation et le partage de fichiers donnent aux organisations le pouvoir de partager des fichiers sur plusieurs appareils et avec plusieurs personnes à l’aide de la synchronisation de fichiers – permettant aux fichiers d’être stockés dans n’importe quel référentiel de données approuvé et accessibles à distance par les employés depuis n’importe quels de leurs appareils informatiques.

RISQUES DE SÉCURITÉ ASSOCIÉS AU TRAVAIL À DISTANCE

Historiquement, les politiques de travail à distance ont été un sujet sensible pour les organisations. Alors que certains employeurs peuvent craindre que le travail à distance n’entraîne une baisse des performances des employés, la plus grande préoccupation est en fait de sécuriser les données propriétaires et critiques sur lesquelles les entreprises modernes s’appuient. Sur un réseau d’entreprise, les équipes informatiques peuvent facilement sécuriser les appareils des employés, mais cela devient beaucoup plus difficile à faire une fois qu’un employé accède au système depuis l’extérieur du réseau. En dehors du réseau d’entreprise, les appareils sont facilement sensibles aux attaques de tiers et de cybercriminels. L’attaque de ces points de terminaison non sécurisés peut révéler les informations de connexion de l’employé aux cybercriminels afin qu’ils puissent accéder au système de l’entreprise, ou même utiliser un ransomware pour verrouiller les données de l’entreprise – ce qui est arrivé au service NextCloud à l’automne dernier.

À suivre…

Commentaires