L’art s’invite à l’hôtel

Sochanda Pich et Lauren Sotter. Elles ont créé My Artist Place en vue de réinventer l’expérience hôtelière par le biais d’événements artistiques.

Permettre à des lieux de réception qui accueillent du public, hôtels, restaurants ou bars, de mettre à profit un espace afin de propulser des artistes émergents, tel est le défi audacieux que tente de relever la start-up toulousaine My Artist Place, qui a vu le jour en pleine pandémie. Façon d’apporter un nouveau souffle à des secteurs, les CHR et l’art, particulièrement touchés par la crise sanitaire.

Si cette pratique n’est pas novatrice, la jeune pousse vise à faciliter « l’accès à de l’événementiel artistique abordable », comme le soulignent les cofondatrices Sochanda Pich et Lauren Sotter qui jouent le rôle d’intermédiaire pour aider les artistes à trouver un premier lieu d’exposition et à se faire connaître sur la scène locale.

Le projet de réinventer l’expérience client de l’hôtellerie par le biais d’événements artistiques, qui mûrissait depuis cinq ans dans l’esprit de Sochanda Pich, est en passe de porter ses fruits. Avec son associée, elle a ainsi séduit une cinquantaine d’hôteliers parisiens et toulousains prêts à tester le concept. Parmi eux, l’hôtel Gascogne a déjà exposé les travaux de l’aquarelliste toulousaine Laura Murias et les retours sont très positifs.

« Pendant mes cinq années d’alternance dans l’hôtellerie à Paris, les hôteliers étaient confrontés à une problématique récurrente : leurs espaces étaient peu rentabilisés. L’un d’eux a eu, un jour, l’idée d’exposer un artiste et de proposer différents événements. L’hôtel faisait partie d’un groupe qui poussait l’expérience client au maximum, ce que j’appréciais beaucoup. J’ai ensuite travaillé pour un autre groupe davantage axé sur un modèle business. Je lui ai apporté cette vision tournée vers l’art. En organisant mon premier événement, j’ai compris que je souhaitais en faire mon métier », se souvient Sochanda Pich, 24 ans, diplômée d’un double master international et tourisme.

Lauréat de la bourse French Tech Tremplin, le projet My Artist Place a obtenu une aide de 42 000 € et bénéficie d’un an d’incubation. C’est à l’IoT Valley, à Labège que l’aventure entrepreneuriale se concrétise, aux côtés de Lauren Sotter, 23 ans. « Je l’ai rencontrée là-bas et nous avons décidé de nous associer. Elle s’occupe de sélectionner les artistes et de mon côté, je gère les partenariats. Nous mettons en lumière des œuvres et nous proposons également une communication globale autour de la démarche de l’artiste et de la vision de l’hôtel. Nous permettons ainsi aux talents émergents d’avoir accès à un lieu pour se promouvoir. S’ils réalisent des ventes, nous prenons une commission de 15 % ». Quid des établissements intéressés ? « Nous pensions que les indépendants seraient davantage séduits par notre concept, mais les grands hôtels sont de plus en plus demandeurs. Nous visons dans tous les cas des établissements de deux à quatre étoiles. » La pépite souhaite également étendre son offre aux lieux de restauration. « L’objectif est de trouver des artistes, de coordonner la logistique et de s’occuper de la communication, choses pour lesquelles les professionnels manquent parfois d’outils. »

Si My Artist Place doit encore muscler son offre, le duo envisage d’ici quelques mois de s’étendre à Bordeaux et Montpellier et d’étoffer son équipe en vue de conquérir de nouveaux marchés.

Commentaires