La santé et l’environnement, deux priorités parmi les gros dossiers 2021-2027

Jean Rottner en visite dans les locaux de la startup BioSerenity.

L’environnement (feu vert pour l’accélération de la transition écologique) et la santé (feuille de route 2021-2027), mais également la prise en charge de la ligne TER Vallée de la Marne, ou encore le renforcement de l’innovation et de la compétitivité, figuraient au menu de la dernière séance plénière 2020 du Grand Est.

Avec plus de 500 kilomètres et 17 gares desservis entre Paris et Strasbourg, la ligne TER Vallée de la Marne est la plus longue de France. Elle permet aux habitants de la Marne, de la Haute-Marne et de la Meuse la liaison vers Paris et vers différentes villes relais du territoire du Grand Est. Elle crée un axe ferroviaire fort Est-Ouest.

Cette ligne, jusqu’ici cogérée par les Régions Ile-de-France et Grand Est passe sous l’autorité de cette dernière à compter du 1er janvier 2021. Grâce à l’engagement et aux investissements du Grand Est, dont un plan d’action de 100 M€, la ligne a gagné en performance et fiabilité à travers de nombreuses modernisations (acquisition de nouvelles rames automoteurs, nouvelles locomotives et voitures). La Région s’engage à maintenir jusqu’en 2022 la tarification et les règles de régularisation des usagers d’aujourd’hui propres à la Région Hauts-de-France sur le périmètre Paris/Château-Thierry. Avec les deux Régions partenaires, le Grand Est continuera d’améliorer la qualité de service de cette ligne Paris-Strasbourg.

RENFORCER L’INNOVATION ET LA COMPÉTITIVITÉ DU GRAND EST

La stratégie de spécialisation intelligente, smart spécialisation strategy, autrement dit la 3S, prolonge les stratégies régionales de développement économique, d’enseignement supérieur et d’innovation élaborées par la Région Grand Est. La S3 est un cadre de référence nécessaire pour faire effet de levier avec les fonds européens. C’est dans ce contexte que le Conseil régional vient d’approuver les priorités de la S3 du Grand Est pour la période 2021-2027, afin de pouvoir l’intégrer au projet de Programme Opérationnel FEDER qui sera déposé à la Commission Européenne au début 2021.

Les priorités retenues par la S3 concernent huit secteurs d’activité : technologies et équipements pour la transition industrielle, recyclage et fonctionnalisation des matériaux pour l’industrie et pour la construction, biotechnologies médicales, outils du numérique pour la santé, dispositifs médicaux, molécules et matériaux biosourcés, outils et systèmes pour la gestion durable et intelligente des ressources naturelles, systèmes énergétiques et leur performance. S’ajoutent à ces priorités des axes transversaux : la transformation digitale, l’innovation sociale, l’innovation responsable, les circuits courts et la relocalisation. Être en ce sens la région de référence au cœur de l’Europe, voila l’ambition du Grand Est.

ACCÉLÉRER LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE DU GRAND EST

À l’occasion de cette séance plénière, la Région a approuvé la stratégie 2020-2030 pour le déploiement de la filière hydrogène dans le Grand Est, deux conventions de partenariat pour renforcer les actions de biodiversité et un contrat d’objectif territorial sur les énergies renouvelables avec l’ADEME, ce contrat constituant une première en France. L’hydrogène est un nouveau challenge de la transition énergétique régionale. La stratégie hydrogène vise à déployer un plan d’actions intégrant la filière, de la production aux usages, en passant par le stockage et la distribution. Cette stratégie se décline en plusieurs axes: positionner l’hydrogène dans un mix énergétique pour les besoins du territoire, développer une mobilité lourde décarbonée, engager l’industrie dans la filière hydrogène et décarboner les usages, favoriser l’accès à l’information et développer les compétences et enfin organiser la gouvernance de la filière en lien avec les plans nationaux et européens.

Parmi les objectifs de la feuille de route hydrogène, le Conseil régional évoque le déploiement de cinq unités de production massive, la mise en place de trente stations de ravitaillement, des projets de transport et de stockage, la transformation de l’alimentation énergétique d’industries et de moyens de transport en énergie verte hydrogène, la mise en place d’actions de formation ciblées.

LA FEUILLE DE ROUTE SANTÉ D’ICI À 2027

Comme si la crise sanitaire était génératrice de forces nouvelles et dans tous les cas de consensus au-delà des divergences politiques, le Grand Est fait cette déclaration à la santé : « Si la santé est un pilier de la cohésion et de l’attractivité des territoires, elle irrigue aujourd’hui la quasi-totalité des compétences de la Région Grand Est. C’est en agissant sur l’accès aux soins, la prévention, l’innovation et le numérique, mais aussi sur la qualité de l’eau et de l’air, la formation, l’économie, le tourisme … que l’on peut faire du bien vivre en Grand Est une valeur fondamentale. Cette approche à 360°, inédite en France, a pris tout son sens dans ce contexte de crise sanitaire et a permis de renforcer la place de la Région au sein de l’action publique en matière de santé ».

La feuille de route Santé, dont les modalités doivent être définies dès le début 2021, décline un ensemble d’actions concrètes autour de quatre thèmes : mieux vivre en Grand Est (une population en meilleure santé dans un environnement préservé), des solutions sur mesure pour un égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire, les moteurs de l’attractivité de la santé en Grand Est et le soutien aux projets territoriaux de santé dans les programmes européens.

La Région propose la création d’un « Collectif Régional Santé », respectueux des compétences de chacun, pour mieux coordonner les interventions et renforcer leur efficacité. Cette dynamique décloisonnée pourrait être appuyée par une démarche de convergence des différents programmes portés par les membres de ce collectif.

Commentaires