La région investit dans “Avenir Montagnes”

Avec cinq autres régions, la Bourgogne Franche-Comté cofinancera une partie du plan d’investissement pour le tourisme en montagne “Avenir Montagnes”, présenté par le Premier ministre jeudi 27 mai lors d’un déplacement en Savoie.

C’est à l’occasion d’un déplacement en Savoie, jeudi 27 mai, aux Arcs puis à Bourg-Saint-Maurice, que le Premier ministre Jean Castex a présenter le plan “Avenir Montagnes”, en compagnie du ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises Alain Griset, du secrétaire d’État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, de la secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba et du secrétaire d’État à la Ruralité Joël Giraud. « Nous devons faire repartir notre pays, lui donner des perspectives, lui donner le moral, le relancer, retrouver les chemins de la croissance. Mais le faire, bien sûr, pour lui donner de l’activité au moment où la crise a plutôt conduit celle-ci à se rétracter, mais à le faire dans une logique réformatrice, transformatrice pour tenir compte des enjeux du monde de demain, et ce plan “Avenir Montagnes” illustre à merveille cette orientation », confie le Premier ministre/ Selon le Gouvernement, « Avenir Montagnes répond à l’ambition d’un tourisme durable et résilient à travers trois axes : favoriser la diversification de l’offre touristique et la conquête de nouvelles clientèles, accélérer la transition écologique des activités touristiques de montagne et dynamiser l’immobilier de loisir et enrayer la formation de lits froids ».

DES CRÉDITS PUBLICS POUR GÉNÉRER DE L’INVESTISSEMENT

Dans sa globalité, ce plan représentera une mobilisation de plus de 640 millions d’euros de crédits publics pour la montagne, avec l’objectif affiché de générer quelque 1,8 milliard d’euros d’investissement dans ces territoires. Le Gouvernement l’affirme, « ces crédits viennent compléter l’enveloppe de 5,4 milliards d’euros déjà mobilisée pour les diverses aides d’urgence et de relances ».

Dans le détail, “Avenir Montagnes” comprend entre autres des mesures pour accélérer la rénovation globale et l’occupation de l’immobilier de loisir en station, grâce au soutien financier de la Banque des territoires à hauteur de 125 millions d’euros. Cela passera notamment par l’instauration d’une possibilité pour le gestionnaire de résidence de tourisme de transférer son droit de préemption à des foncières qui se chargeront ensuite d’assurer une gestion active de ces biens et la capacité à investir pour les améliorer.

La transition écologique des activités touristiques en montagne sera aussi accélérée avec notamment l’aménagement de 1.000 killomètres de sentiers de montagne (environ 10 millions d’euros d’investissement) et la mise en place d’un accompagnement en ingénierie pour améliorer la mobilité des premiers et derniers kilomètres (budget : 10 millions d’euros).

Enfin, d’autres mesures permettront, en partenariat avec Atout France, la Caisse des dépôts et Bpifrance, d’accompagner le rebond et de favoriser l’investissement, pour relancer les colonies de vacances et les classes de découvertes.

UNE FONDS “AVENIR MONTAGES” RENFORCÉ PAR LES RÉGIONS

Destiné à faciliter le développement d’un tourisme plus durable afin de répondre aux nombreux défis de ce secteur d’activité, ce plan prévoit aussi la création d’un fonds “Avenir Montagnes”. Pour ce faire, 331 millions d’euros seront financés à parts égales entre l’État et les six régions concernées, parmi lesquelles la Bourgogne Franche-Comté, mais aussi l’Auvergne Rhône-Alpes, le Grand Est, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine. Ce fonds sera destiné à soutenir l’investissement dans de nouveaux projets touristiques sur le territoire des massifs de montagne français. Pour la Bourgogne Franche-Comté, cette mobilisation fera l’objet d’une contractualisation dans les Contrats de plan interrégionaux État-régions (CPIER) des massifs pour les années 2021-2027 avec une enveloppe dédiée. « Considérant le tourisme comme une filière stratégique, la région s’est déjà fortement mobilisée pour accompagner ce secteur économique qui a souffert de la crise sanitaire et qui représente plus de 42.000 emplois et 4,58 milliards d’euros de retombées pour le territoire », explique le Conseil régional dans un communiqué. Et de rappeler qu’après les aides d’urgence, « la région a adopté en octobre 2020 un Plan d’accélération de l’investissement d’un montant de 36 millions d’euros pour financer notamment des projets répondant aux enjeux de tourisme durable et social » et que « 17 projets ont ainsi déjà pu être financés comme par exemple la création d’une luge quatre saisons pour la station de Métabief ou l’aménagement du lac des Rousses ».

Commentaires