La liste noire des paradis fiscaux de l’UE s’allonge

Les sanctions qui s’attachent à l’inscription sur la liste sont toutefois limitées. Le Conseil des affaires économiques et financières de l’UE (Ecofin), rassemblant les 27 ministres des Finances de l’Union, a décidé d’ajouter à la liste noire des paradis fiscaux les Seychelles, les îles Caïmans et les Palaos et en y réintégrant le Panama. Une décision qui confirme une pro- position faite par les ambassadeurs des États membres. Ces territoires viennent rejoindre les huit juridictions figurant sur la liste noire que sont les Samoa américaines, les Fidji, Guam, Oman, Samoa, Trinité-et-Tobago, les îles Vierges américaines et Vanuatu. Ils sont donc douze à encourir des sanctions au bout du compte assez limitées : leurs transactions financières sont soumises à un contrôle accru, et ils perdent l’accès à des fonds européens. Dans le même temps, dix-sept pays sont sortis de la liste grise, qui vise à surveiller les