La fin de l’uberisation du salariat ?

À propos de l’arrêt de la Cour de cassation du 4 mars 2020Par Jean-Michel Lattes, maitre de conférences à l’université Toulouse Capitole, chercheur à l’Institut de droit privé (IDP - EA 1920 - Sciences de la société) Parmi les notions juridiques fondamentales, nul doute que la notion de subordination constitue l’une des plus importantes en droit du travail. Tout contrat de travail se définit, en effet, par l’existence d’un lien de subordination entre l’employeur et le salarié. Il constitue l’un des trois critères de qualification du contrat avec la fourniture d’un travail par le salarié et sa rémunération par l’employeur. Progressivement affinée par la Cour de cassation, la notion de subordination a semblé en danger face aux mutations de notre société, le terme « ubérisation » devenant une expression courante. La décision du 4 mars (arrêt Uber France/M. A., n° 374, 19- 13316) constitue un coup