La filière viticole réinvente les modèles de production

Le projet “Mobilisation 2025” s’inscrit dans la continuité du “Plan 2020” et intègre les réalités d’un contexte qui évolue fortement. L’ambition du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne étant de se donner les moyens de réinventer les modèles de production pour préserver l’image d’excellence et l’identité des vins de Bourgogne.

Initié depuis plus d’un an et voté mi-décembre lors de l’Assemblée générale du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), le projet “Mobilisation 2025“, réalisé en collaboration avec les acteurs de la filière et qui vient s’inscrire dans la continuité du “Plan 2020”, a tiré les leçons de la crise actuelle et intègre les réalités d’un contexte qui évolue fortement. En effet, l’analyse des signaux conjoncturels montre une accélération de certains phénomènes. Les enjeux techniques, climatiques, économiques et sociétaux conduisent à faire évoluer les principes d’actions de la filière des vins de Bourgogne. La vision à très long terme est l’une des bases de construction de ce plan, le temps d’adaptation d’un vignoble se mesurant en décennies. À travers ce projet, l’ambition de l’interprofession est finalement de se donner les moyens de réinventer les modèles de production pour préserver l’image d’excellence et l’identité des vins de Bourgogne. Les ruptures, tant au niveau environnemental que sociétale ou encore économique, sont telles que la réponse ne peut être que collective. En s’inspirant de l’auteur Giuseppe Tomasi di Lampedusa qui écrivait « Tout doit changer pour que rien ne change », le BIVB, à travers “Mobilisation 2025” propose aux acteurs de la filière de construire de nouveaux modèles pour continuer à proposer des grands vins, répondant aux enjeux sociétaux.

UN PLAN À CINQ ANS, MAIS UNE VISION À LONG TERME

« Se projeter à très long terme est le socle de la réflexion sur ce projet », explique le BIVB dans un communiqué. C’est en effet en pensant à 2050 que les professionnels des vins de Bourgogne l’ont imaginé. Envisager les bonnes solutions en réfléchissant à l’échelle d’une génération. Connaître les conditions climatiques, comprendre les consommateurs de demain et imaginer le travail des vignerons en 2050… Autant d’enjeux d’avenir qui structurent les réflexions actuelles. Trois leviers ont ainsi été identifiés pour l’avenir des vins de Bourgogne : maintenir le niveau d’excellence, pérenniser le potentiel de production et assurer une viabilité économique des opérateurs. Pour cela, l’interprofessionnel a défini quatre axes stratégiques. Pour inventer les modèles technico-économiques de demain, le BIVB propose de structurer les axes de recherche et développement dans un contexte de transition écologique et de changement climatique, d’intégrer la rentabilité économique et les modèles financiers aux questions techniques, et de régionaliser la gouvernance professionnelle du Plan national dépérissement du vignoble, en installant les producteurs au centre des travaux de recherche. Ce projet propose aussi des formats d’actions pour aider la filière à se connecter avec ses cibles, accompagner les entreprises dans leur évolution digitale et dresser un plan de communication s’appuyant sur les vignerons pour les actions du BIVB. Pour conforter l’image forte des vins de Bourgogne, l’interprofession entend faire des motivations des consommateurs de demain un axe prioritaire. Une étude devrait d’ailleurs prochainement être lancée pour réfléchir à la transmission des valeurs des vins de Bourgogne et mettre en place une stratégie de communication influente vers les futurs amateurs. Enfin, des outils d’analyse vont être mis à disposition des domaines et maisons, les démarches des opérateurs seront simplifiées et les observatoires techniques structurés dans une démarche de mutualisation nationale.

UN PROJET AU CŒUR DES ACTIONS

Comme le souligne le communiqué, le projet “Mobilisation 2025” s’inscrit déjà dans les actions du BIVB. En effet, depuis le mois de juin, une étude se construit avec l’aide d’un groupe de travail d’une vingtaine de professionnels, pour analyser les tendances de consommation des vins de Bourgogne autour de trois thématiques : les usages et les attitudes, l’image et la perception des appellations ainsi que la mesure de leur intérêt pour le produit et l’évaluation de la force de la marque collective Bourgogne auprès des consommateurs ciblés, pour améliorer son utilisation par l’ensemble des acteurs de la filière et par les prescripteurs. Les premiers résultats sont attendus au second semestre 2021.

Afin d’avoir une vue d’ensemble des particularités des vins blancs de Bourgogne en matière de vieillissement et d’évaluer l’apport de nouveaux outils de mesure dans les itinéraires techniques, le BIVB a lancé en 2020 un réseau de caves pilotes, Volta. Ces caves, réparties dans toute la Bourgogne et représentatives de sa diversité, ont pu participer activement à l’expérimentation ou accueillir les équipes du BIVB pour des mesures et l’étude de leurs pratiques. Deux aspects sont particulièrement observés : la mise en bouteille et le pressurage.

Enfin, une campagne de communication a été lancée fin novembre sur tous les outils de communication de l’interprofession, pour soutenir les producteurs de vins de Bourgogne dans la commercialisation de leurs vins en vue des fêtes de fin d’année. « Alors que chacun se demande s’il pourra passer les fêtes avec ses proches, cette campagne ironise sur une certitude à laquelle se raccrocher : célébrer les fêtes avec les vins de Bourgogne. Cette campagne inscrit les vins de Bourgogne dans ces précieux moments de partage et de convivialité de fin d’année », explique l’interprofession. Pour cela, de nombreux visuels mettant en scène des moments d’achats de vins de Bourgogne ont été mis à la disposition des vignerons et négociants, pour illustrer leur communication et toucher leurs cibles.

Commentaires